S. Laugier (dir.), La voix et la vertu, variétés du perfectionnisme moral (PUF, Paris, collection « Éthique et philosophie morale », 2010)

 

Comment et pourquoi compter sur soi-même ? C’est la question du perfectionnisme moral. Une tradition au cœur de la philosophie antique, quelque peu étouffée à l’époque moderne, puis contemporaine, avec la domination des éthiques déontologistes, utilitaristes et libérales (Rawls). Pourtant, si ce perfectionnisme reprend vie aujourd’hui, c’est qu’il se révèle une alternative véritable à un paradigme libéral qui a montré ses limites morales et politiques – son incapacité à donner expression à chacun, et à honorer l’exigence humaine de « recherche du bonheur ».
Emerson, Dewey, Nietzsche et à leur suite Stanley Cavell, Michel Foucault, Pierre Hadot, ont voulu ainsi promouvoir le perfectionnement de soi, l’expression juste, la conversation intime et publique, en somme : le souci de soi et des autres, contre la morale des devoirs abstraits, des faux choix rationnels et des calculs d’utilité. Le perfectionnisme moral engage et aide chacun à se faire confiance, et à trouver sa voix.
Le présent volume, qui réunit des spécialistes de divers courants et disciplines, permet de découvrir les variétés du perfectionnisme moral, dans des formes hétérodoxes de pensée morale, fondées sur l’attention aux situations concrètes et aux voix singulières, et dans d’autres maté-riaux de la vie quotidienne : le cinéma (des classiques de Hollywood – les comédies du remariage, le mélodrame – au cinéma de Rohmer et de Desplechin), la littérature (de Jane Austen à Musil et Coetzee), dans l’expression publique d’un Barack Obama, dans des trajectoires ordinaires de sortie de la dépendance et de réappropriation de soi.

 


Vous aimerez aussi...