S. Laugier (dir.), Stanley Cavell, Revue internationale de philosophie (n°256, 2011/2)

 

L’œuvre immense de Stanley Cavell arrive enÀn à la reconnaissance appropriée en Europe, et particulièrement en France, où se multiplient depuis quelques années les traductions: parmi les plus significatives, Dire et vouloir dire, traduction de son tout premier ouvrage, Must We Mean What We Say? Qu’est-ce que la philosophie américaine?, qui rassemble les ouvrages consacrés à Emerson, Sens de Walden, sur Thoreau, Philosophie des salles obscures, traduction de son chef d’œuvre perfectionniste-pédagogique Cities of Words, et bientôt l’autobiographie, J’étais loin de me douter (Little Did I Know, 2010). Stanley Cavell est certainement le penseur américain contemporain le plus singulier et le plus profond, par son style d’écriture et par sa volonté de réintroduire la voix humaine au sein même de la philosophie analytique. Ce projet se double de la volonté de faire entendre une voix philosophique américaine, en faisant écho à celle de Ralph Waldo Emerson, fondateur de la figure de «l’intellectuel américain» («The American Scholar»). Enfn, Cavell est célèbre pour avoir introduit le cinéma en philosophie: non comme objet d’étude, réservoir d’exemples ou valeur cultu- relle ajoutée, mais comme rival de la philosophie dans sa capacité d’exprimer et de mettre à l’écran ses questions – et réponses. Cet aspect de son œuvre fort important, a déjà suscité plusieurs publications, et n’est pas abordé ici. Le présent dossier vise à mettre en évidence l’originalité philosophique de Cavell, et ce qui rend son œuvre pertinente au delà du champ de la philosophie du langage: à savoir la place qu’il revendique pour le scepticisme. Tel est en effet le fil qui parcourt sa réflexion, de Wittgenstein et Kant à Shakespeare, d’Emerson et Thoreau au cinéma de Hollywood.


Vous aimerez aussi...