S. Laugier (dir.), Grammaires de la vulnérabilité, co-éd. avec M. Gaille, Raison Publique (14, 2011)

 

Centrale dans les éthiques et politiques du care, la notion de vulnérabilité a acquis une certaine fortune ces dernières années. D’abord employée dans une perspective normative : il y aurait une catégorie de « vulnérables » – des êtres humains à qui nous devrions une attention spécifique –, la notion semble posséder aussi, aujourd’hui, un sens descriptif plus étendu, renvoyant alors à l’idée d’une condition humaine à « reconnaître » (« nous sommes tous vulnérables »), quand elle n’englobe pas tout ce qui est « fragile » : l’animal, la nature, …. On peut alors s’interroger sur la grammaire d’une telle notion. Trop restreinte, elle catégorise ou naturalise un groupe d’individu ; trop large, elle perd son sens ou se laisse déterminer par l’arbitraire de notre désir (ou fantasme) de protection. Comment comprendre la notion de vulnérabilité et quels usages éthiques et politiques peut-on imaginer ? Tel est l’objectif de ce dossier.

 

 


Vous aimerez aussi...