J. Benoist, « L’idée de phénoménologie » (Paris, Beauchesne, collection « Le grenier à sel », 2001)

 

Dans quelle mesure est-il possible, et cela a-t-il un sens de  » décrire  » ? Telle est la question posée, depuis Husserl, par la phénoménologie. Cette philosophie ne s’entend que d’un retour à un  » donné « , toujours présupposé et qu’elle mettrait en évidence. Mais que vaut, en définitive, le  » retour au donné  » en philosophie ? C’est la question instruite par Jocelyn Benoist, sur la base d’une réflexion sur l’idée de phénoménologie, qui, après un état des lieux de la situation présente de la phénoménologie, passe par un dialogue critique avec un certain nombre d’auteurs contemporains, de tradition phénoménologique ou non : Husserl au premier chef, Heidegger, Levinas ou Jean-Luc Marion, mais aussi Wittgenstein ou Jacques Bouveresse. A travers cette réflexion, les questions traditionnellement associées à l’idée de phénoménologie, comme celle de la nature de notre expérience du monde, du caractère théologique ou non du  » donné « , ou de la situation du sujet par rapport à lui, se voient posées à nouveaux frais.

 


Vous aimerez aussi...