S. Laugier, Comment penser l’autonomie?, co-éd. avec M. Jouan (Paris, PUF, collection « Ethique et philosophie morale », 2008)

 

Nous plaçons naturellement l’autonomie au cœur de toute morale, tant nous avons tendance à valoriser, dans la tradition de cette « invention » kantienne, l’indépendance du sujet à l’égard de tout lien social et de tout intérêt particulier.
Mais cette priorité de l’autonomie est aujourd’hui contestée contre la célébration d’un individualisme à la limite de l’égoïsme, contre l’illusion d’un sujet impartial ou souverain, contre enfin la surdité philosophique aux exigences, aux contingences et à la singularité de nos relations à autrui, se font entendre depuis quelques années toutes sortes de voix nouvelles : communautarismes, féminismes, politiques de l’identité, théories de la reconnaissance, éthiques de la vertu et du care.
Le présent volume est la première présentation exhaustive de ces critiques dans leur diversité et leur radicalité. Il veut illustrer aussi, plus positivement, la possibilité de ce que Axel Honneth appelle une « autonomie décentrée », qui éviterait et renverserait à la fois l’aliénation et le conformisme, sans requérir d’indépendance substantielle.
Une telle réflexion nous fournit des raisons de modifier le lieu du jugement moral — avec ses propriétés de rationalité, d’impartialité, de neutralité — et de contester son autorité exclusive sur la vie éthique, afin redonner toute sa place au singulier, et à l’attention à autrui, dans l’autonomie.

 


Vous aimerez aussi...