S. Laugier, L’ordinaire et le politique, co-éd. avec C. Gautier (Paris, PUF-CURAPP, 2006)

 

La référence à l’ordinaire, dans l’ordre du discours, dans les pratiques politiques, ou dans le domaine des sciences sociales, est moins fréquente que celle au  » commun « , au  » populaire « , ou au  » quotidien « . La notion d’ordinaire est pourtant à la fois plus immédiate, et plus centrale. Elle s’oppose à la fois au  » savant « , au  » théorique « , à l’  » historique  » et au  » tragique « . Mais l’ordinaire est-il si aisé à connaître et à comprendre ? Les analyses rassemblées dans ce volume partent, non d’une évidence partagée de l’ordinaire, mais d’une difficulté à penser l’ordinaire. Elles proposent, dans une démarche exploratoire, de clarifier l’idée d’une  » politique de l’ordinaire « , et de confronter à cet effet des points de vue issus de plusieurs disciplines : philosophie, science politique, sociologie, anthropologie. Ce travail collectif rejoint des préoccupations récemment apparues pour le commun comme concept des sciences sociales. Sur le plan politique, la revendication de l’ordinaire et du commun permet de considérer autrement les problèmes de la démocratie, de la communauté, de l’égalité, et d’examiner à nouveaux frais les termes du débat qui opposent, depuis longtemps, libertariens et communautariens. Sur le plan éthique, l’examen attentif des pratiques sociales communes, de nos conversations et gestes ordinaires, de l’ordre des interactions publiques ou privées, permet de réorienter le questionnement moral.

 


Vous aimerez aussi...