S. Laugier (dir.), Connaissance, nature et sens commun: G.E. Moore, co-éd. avec E. Picavet, Revue de métaphysique et de morale (2006/3)

 

Nous avons décidé de réunir ici un certain nombre des contributions au colloque international organisé en juin 2003 à Amiens, à l’université de Picardie Jules Verne et avec le soutien de l’Institut universitaire de France, autour de l’œuvre de George Edward Moore, à l’occasion du centenaire de la première publication des Principia Ethica.L’œuvre de George Edward Moore compte au nombre de ces œuvres philo- sophiques dont le classicisme de forme et de méthode n’exclut pas la radicalité du projet. L’essayiste Paul Johnson, dans son histoire du monde moderne, avait cherché du côté de Moore et du cercle des « Apôtres » de l’université de Cam- bridge l’une des sources essentielles des bouleversements dans les mœurs et dans la manière de considérer la morale dans le monde occidental au XXe siècle (A History of the Modern World, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 1984). Mais au-delà de l’intérêt historique de l’ouvrage, relire son chef-d’œuvre, Principia Ethica, quelque cent ans après sa publication en 1903, c’est surtout reprendre par soi-même l’examen d’une tentative radicale de révision et de refondation en philosophie morale.

Vous aimerez aussi...