S. Laugier (dir.), « Wittgenstein 1889-1951 », Archives de philosophie (2001/3)

 

« Le présent dossier ne prétend certainement pas à un examen exhaustif de la pensée de Wittgenstein. Il a pour but de mettre en évidence, même si c’est de façon ponctuelle, un renouvellement important de la réflexion sur Wittgenstein, qui a débuté dans les années 1980, et s’est récemment marqué par la publication du volume d’essais The New Wittgenstein (édité par A. Crary et R. Read, Routledge, 2000). Le cinquantenaire de la mort du philosophe est l’occasion de faire le point sur ce changement de perspective. Depuis la disparition de Wittgenstein en 1951, sa succession avait été représentée par deux faits : l’exploration obsessionnelle du Nachlass, et l’instauration d’une lecture orthodoxe de l’auteur, fondée pour l’essentiel sur une séparation stricte entre un premier Wittgenstein logiciste et théoricien de la connaissance, et un second Wittgenstein attiré dans les méandres du langage ordinaire et des jeux de langage ; entre un premier Wittgenstein réaliste et un second anti-réaliste. Curieusement, alors que les interprètes majeurs de Wittgenstein se sont longtemps trouvés en Angleterre (G.E.M. Anscombe, P.M.S. Hacker et G. Baker, D. Pears), c’est aux États-Unis, longtemps dominés par une vision standardisée de Wittgenstein, qu’a commencé d’émerger une nouvelle lecture, qui préféra s’attacher à la lettre des écrits principaux (les Carnets, le Tractatus et les Recherches Philosophiques) et en repenser en toute liberté les enjeux philosophiques (…) »

Vous aimerez aussi...