S. Laugier (dir.), « Schlick et le tournant de la philosophie », Études philosophiques (2001/3)

 

« Moritz Schlick (1882-1936) est, avec Rudolf Carnap, la figure centrale du Cercle de Vienne et certainement sa personnalité la plus fascinante : d’abord sur le plan philosophique, par la variété et la cohérence de ses inté- rêts (logique, physique, éthique) ainsi que sa relation privilégiée à Wittgen- stein, mais aussi sur le plan personnel, par l’ascendant intellectuel qu’il exerça sur le Cercle et toute une génération de philosophes analytiques qui durent par la suite quitter l’Autriche pour les États-Unis. Sa fin tragique et prématurée (Schlick fut assassiné en 1936) a de surcroît interrompu une réflexion encore en pleine évolution, dont on peut aujourd’hui se demander comment elle eût modifié le sort ultérieur du Cercle de Vienne. Mais l’intérêt de son œuvre dépasse même le cadre du positivisme logique. Sa phi- losophie, depuis la Théorie générale de la connaissance (1918) jusqu’à ses fameux articles « Le tournant de la philosophie », « Le vécu, la connaissance, la métaphysique », ou encore « Positivisme et réalisme », invente un nouveau kantisme, empiriste et réaliste, à partir d’une réflexion fondamentale sur la théorie de la relativité, et d’une redéfinition du statut de la philosophie. Son œuvre contient en germe les problématiques cruciales autour desquelles s’est construit le XXe siècle philosophique, que ce soit dans le champ de la philosophie de la logique et du langage, de la philosophie des sciences, mais aussi de la philosophie morale, dans ses Questions d’éthique dont on redé- couvre la pertinence aujourd’hui.Les contributions rassemblées ici, issues d’un colloque organisé en avril 2000 par l’Université d’Amiens et l’Institut universitaire de France, abordent l’ensemble de ces questions (…) »


Vous aimerez aussi...