Soutenance de Deng Gang (dir.: R. Barbaras): « La relation de l’âme et du corps chez Bergson » (22 octobre 2012, Université Paris 1)

 

Titre: « La relation de l’âme et du corps chez Bergson »

 

Composition du jury: 

M. Frédéric Worms, Université Lille III

M. Paul-Antoine Miquel, Université Toulouse II

Renaud Barbaras, Université Paris 1

 

Lieu et horaire: 14H00, Université Paris 1, salle J.B. Duroselle, Galerie J.B. Dumas, 1 Rue Victor Cousin, 75231 Paris.

 

Résumé : Le but de notre travail est de repenser le problème de la relation de l’âme et du corps chez Henri Bergson. Notre travail commence par la critique de la thèse paralléliste physico-psychologique. Bergson montre que cette thèse n’est qu’une hypothèse métaphysique qui vient de la philosophie moderne. Nous étudions ensuite la critique bergsonienne des Anciens, puisque l’origine de la thèse paralléliste remonte à la pensée grecque. A partir du troisième chapitre, nous commençons à exposer, selon l’ordre chronologique, la doctrine bergsonienne. L’opposition entre la durée et l’espace de l’Essai a été atténuée dans Matière et mémoire. Le problème de l’âme et du corps est alors déplacé vers celui de la matière et de l’esprit. En s’appuyant sur une théorie de la mémoire, Bergson a établi qu’il n’y a qu’une différence de degré entre la matière et l’esprit. Le problème sera approfondi dans L’Evolution créatrice, où la matière et l’esprit sont engendrés simultanément dans l’évolution de la vie. La réflexion sur ce problème se déploie, à partir de là, dans deux directions : l’une conduit à la théorie de la personnalité ; l’autre ouvre sur l’expérience de l’au-delà. Le dernier et septième chapitre porte sur l’originalité du bergsonisme. Nous essayons de montrer qu’il y a un tournant cosmologique chez Bergson qui lui permet de résoudre les difficultés inhérentes à sa pensée.


Vous aimerez aussi...