G.-F. Duportail (dir.), La description en question, Archives de philosophie (2010/1, t. 73)

 

« Les deux grandes écoles philosophiques du XXe siècle, la philosophie analytique et la phénoménologie, partagent à l’origine la même aspiration de retour au monde de la vie. Cette aspiration s’exprime dans le projet d’une philosophie purement descriptive, exempte de présuppositions. Husserl pré- conise un retour « aux choses mêmes » qui se situe en deçà de toute explication théorique. Wittgenstein revendique l’idée que la philosophie doit être une description de l’ordinaire. Dans ses Recherches, il entend décrire des faits bien connus qui nous échappent à cause de leur familiarité. Toutefois, comme le souligne Christiane Chauviré, qui s’interroge sur cette situation inaugurale du siècle, « la philosophie se veut descriptive, mais le peut-elle, et qu’est-ce que cela signifie? » La « philosophie de plein air », entendue comme une philosophie du retour aux choses mêmes ou à la vie ordinaire, n’est-elle pas, malgré les apparences, un nouveau mythe philosophique? Est- elle réellement sans présupposés ? Il est temps, un siècle plus tard, de soulever toutes ces questions sans détours, d’autant plus que, comme le remar- que encore Christiane Chauviré, Husserl et Wittgenstein ont tous deux, chacun à leur manière, trahi leur vœu initial de philosophie descriptive (…) »


Vous aimerez aussi...