Soutenance de Sylvie Allouche (dir.: S. Laugier et J. Mosconi): « Philosopher sur les possibles avec la science-fiction : l’exemple de l’homme technologiquement modifié » (17 novembre 2012, Université Paris 1)

 

Titre: Philosopher sur les possibles avec la science-fiction : l’exemple de l’homme technologiquement modifié

Composition:

Jean MOSCONI, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (directeur)

Sandra LAUGIER, Professeure, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (directrice)

Jean-Michel BESNIER, Professeur, Université Paris IV-Sorbonne (pré-rapporteur)

Anne FAGOT-LARGEAULT, Professeure, Collège de France

Gilbert HOTTOIS, Professeur, Université Libre de Bruxelles (pré-rapporteur)

Françoise LAVOCAT, Professeure, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Lieu: salle 106 du Centre Michelet (3 Rue Michelet, 75006 Paris, http://www.univ-paris1.fr/?id=220060)

Résumé : Si les publications se sont récemment multipliées sur le posthumain, le transhumanisme ou l’« augmentation humaine », leurs auteurs nous semblent, même lorsqu’ils mentionnent la science-fiction, passer à côté de la richesse effective du genre. C’est pourquoi ce travail se propose de mettre à l’épreuve l’idée d’une « possibologie », c’est-à-dire d’une méthode d’exploration des possibles fondée sur la science-fiction, et plus largement la « science-spéculation », en l’appliquant à la question du corps humain technologiquement modifié (« anthropotechnologie »).
La Première Partie a pour rôle principal d’examiner la validité de la thèse méthodologique générale, en s’intéressant cependant déjà aux expériences de pensée sur l’identité personnelle, ainsi qu’à l’éventuelle fonction du genre en termes de prospective technologique. La Deuxième Partie voit ensuite l’application systématique de la méthode élaborée à l’anthropotechnologie spéculative. Les principaux enjeux philosophiques engagés (humanité et « personnité », corps et esprit, questions éthiques et politiques…) sont alors considérés, à travers différentes figures emblématiques (clone, androïde, mutant, surhomme, cyborg, robot…), et selon divers niveaux de focalisation et perspectives thématiques (spatiale, militaire, procréative, nanotechnologique…). La Troisième Partie propose enfin de tester l’extension de la méthode, au-delà de l’anthropotechnologie et de la science-fiction, à l’ensemble des mondes fictionnels, possibles voire impossibles.


Vous aimerez aussi...