Soutenance de Hugo Clémot (dir.: S. Laugier): « Qu’est-ce que le cinématographe? Nouvelles approches philosophiques d’une question séculaire » (1er déc. 2012, Université Paris 1)

 

Titre: Qu’est-ce que le cinématographe? Nouvelles approches philosophiques d’une question séculaire.

 

Composition du jury:

Marc Cerisuelo (Université de Provence)

Élise Domenach (École Normale Supérieure de Lyon)

Piergorgio Donatelli (Université de Rome)

Martine de Gaudemar (Université Paris 10 Nanterre)

Sandra Laugier (Université Paris 1)

Patrice Maniglier (Université Paris 10 Nanterre)

Date, horaire et lieu: 1er déc. 2012, 14h30, Université Paris 1, centre Panthéon-Sorbonne, salle 216.

RésuméLe 9 mars 1912, dans Ciné-Journal, Abel Gance publiait un manifeste sous le titre « Qu’est-ce que le Cinématographe ? Un sixième art ! » Cet intitulé est caractéristique de la démarche des premiers philosophes du cinéma qui cherchèrent à décrire l’essence du nouveau médium pour justifier son potentiel artistique contre le scepticisme qui dominait à l’époque les esprits. Quand le cinéma sut imposer ses chefs-d’œuvre, ce type d’enquête fut délaissé pour d’autres recherches. Néanmoins, après plusieurs décennies d’absence, le début des années 1990 a vu, dans les pays anglo-saxons, un retour des réflexions ontologiques sur le cinéma dans une littérature philosophique de style analytique de plus en plus fournie et injustement méconnue en France. L’objectif de cette thèse est d’abord de présenter et de contribuer aux débats analytiques contemporains sur l’ontologie du cinéma. Il est aussi de mettre en évidence l’importance de Ludwig Wittgenstein pour penser le cinéma. Il est enfin d’interroger la pertinence de la démarche analytique dominante en lui opposant l’approche wittgensteinienne de Stanley Cavell.

Dans la première partie, la thèse examine donc le problème de l’essence du cinéma en présentant et en évaluant à l’aide d’arguments de Wittgenstein les critiques analytiques des conceptions antérieures et les contributions positives des philosophes analytiques du cinéma, avant de prôner, dans une deuxième partie, un changement d’approche qui s’inspire de la démarche de Stanley Cavell dans La Projection du monde et dans ses lectures philosophiques de films, démarche qui est pratiquée de façon expérimentale en troisième partie.


Vous aimerez aussi...