Parution: Raoul Moati, Événements nocturnes. Essai sur Totalité et infini (Paris, Hermann)

L’Idée de l’Infini a été découverte par Descartes dans les Méditations Métaphysiques. Il restait après Descartes à élucider la signification de cette Idée éminente par la concrétisation de son contenu. L’expérience vécue qui articule concrètement le développement de l’Idée de l’Infini est la socialité. En elle, la présence de l’être transcende l’horizon limitatif de la découverte intellective – de la compréhension ou constitution de l’être à partir de sa mise en lumière.

L’Idée de l’Infini révèle ainsi une face nocturne des événements de l’être échappant à l’ontologie qui gouverne la philosophie occidentale. Le dé- bordement de l’être sur l’ontologie coïncide sans reste avec l’éthique. Lui seul permet d’annoncer la venue dans l’être de la paix messianique par-delà l’ontologie de la guerre et les illusions de la morale.

Suivant Levinas en son chef-d’œuvre de 1961, Totalité et Infini, nous interrogeons dans ce livre le sens d’une telle présence éminente de l’être en ses événements ultimes – essentiellement nocturnes.
Nous cherchons à montrer pourquoi la sensibilité, la socialité, l’eros et la fécondité représentent autant d’expériences paroxystiques de l’être dont la production échappe par principe à la lumière de l’ontologie.

C’est à l’élucidation de tels événements clandestins que se consacre le présent essai.

Préface de Jocelyn Benoist.


Vous aimerez aussi...