Soutenance d’Olivier Putois (dir.: J. Benoist): « Le sens de la perception. Le problème de l’intentionnalité dans la philosophie de Merleau-Ponty » (19 déc. 2012, Univ. Paris 1)

 

Titre: Le sens de la perception. Le problème de l’intentionnalité dans la philosophie de Merleau-Ponty. 

 

Composition du jury: 

Jocelyn Benoist (Paris 1)

Étienne Bimbenet (Lyon 3)

Jean-François Courtine (Paris 4)

Natalie Depraz (Université de Rouen)

Alain Vanier (Paris 7)

Date, horaires et lieu: 19 décembre à 14h30 à la Sorbonne, en salle J.B. Duroselle, Galerie J.B. Dumas, 1 rue Victor Cousin.

Résumé: Ce travail interroge le sens de la notion de perception chez Merleau-Ponty, au fil conducteur de la thèse jamais démentie suivant laquelle elle est la source du sens, c’est-à-dire qu’elle s’identifie à une prestation intentionnelle. La question centrale posée par une telle thèse est de savoir comment la prise sur les choses mêmes caractéristique de la perception peut être traitée depuis un dispositif intentionnaliste sans verser dans le représentationnalisme. C’est l’ambition du concept d’intentionnalité opérante de réaliser un tel objectif, en promouvant une réforme du rôle du corps propre, identifié à un véhicule intentionnel.

On examine le déploiement d’une telle thèse en : 1/ établissant son contexte précis de naissance, dans l’identification de la perception à un schématisme spirituel par le néokantisme français ; 2/ montrant comment Merleau-Ponty, durant les années 1940, y répond en faisant de l’intentionnalité opérante un schématisme corporel ; 3/ précisant la signification du tournant des années 1950, guidé par les analyses de la pratique picturale, comme substitution d’un symbolisme charnel  au schématisme corporel ; 4/ restituant, à titre de contre-épreuve, la critique lacanienne de Merleau-Ponty, afin de mettre en évidence le point auquel il reste fidèle au modèle du savoir, et d’indiquer l’écart qui sépare le primat intentionnel du corps de la mise en avant d’un conditionnement inconscient de la perception.

Éclate, au total, la profonde fidélité merleau-pontyenne au modèle intentionnaliste, qui considère la perception comme le remplissement d’une anticipation.


Vous aimerez aussi...