Soutenance de José Monteiro (dir.: J. Benoist): « Pour une phénoménologie du langage chez Wittgenstein » (30 mars 2013, Université Paris 1)

 

Titre: “Pour une phénoménologie du langage chez Wittgenstein”

 

Composition du jury:

Mme Christiane Chauviré, Professeure émérite à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Mme Layla Raïd, Professeure à l’Université de Picardie

M. Jocelyn Benoist (dir.), Professeur à l’Université Paris 1

M. Etienne Bimbenet, Maître de Conférences à l’Université Jean Moulin Lyon 3

 

Date, horaires et lieu: 30 mars 2013, 9h, salle 113 (Duroselle), Galerie Dumas, Sorbonne, 75005 Paris.

Résumé: Cette thèse se propose de mettre en évidence l’existence d’une phénoménologie du langage dans le ‘‘Work in Progress’’ de Ludwig Wittgenstein. Elle tentera de démontrer, par une approche globale de sa réflexion, l’unité de ses travaux bâtie autour d’un projet de fondation d’une « science » du langage qui serait le ciment et le fil conducteur de toute son œuvre.Grâce à l’hypothèse de travail, qui s’intitule « The Whole Wittgenstein », forgée pour les besoins de notre étude, cette recherche a permis de proposer une nouvelle interprétation de la pensée du philosophe, dépassant ainsi les exégèses classiques restées trop souvent attaché aux thèmes traditionnels du corpus wittgensteinien.Pour y parvenir, il aura fallu d’abord, asseoir et régler la question d’une phénoménologie wittgensteinienne à partir d’indices phénoménologiques probants, puis mettre en lumière son approche phénoménologique du langage. Cette perspective d’analyse aura un double intérêt : montrer d’une part, comment Wittgenstein récupère, forge puis intègre, au centre de ses préoccupations philosophiques, les concepts de la phénoménologie husserlienne, et comment d’autre part, au cours de ses différents changements de paradigmes linguistiques, il passera du langage phénoménologique à une phénoménologie du langage. En interrogeant dans la continuité la pertinence de la thèse d’une phénoménologie du langage chez l’auteur du Tractatus Logico-Philosophicus, un détours par ‘‘ l’histoire ’’ de la phénoménologie du langage s’est avérée indispensable pour cerner son sens et en délimiter ses contours. Dès lors, il ne restait plus qu’à la comparer avec cette phénoménologie du langage chez Wittgenstein pour préciser la nature, l’objet d’étude et la méthode de cette dernière.

 


Vous aimerez aussi...