Prochaine séance du séminaire Philosophie et psychanalyse: Emmanuel de Saint Aubert (13 avril 2013)

 

 

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

EA 3562 Philosophies Contemporaines

Équipe EXeCO

 

Date et horaires: 13 avril 2013, 10h30

Lieu: Paris 1, UFR de philosophie, 17, rue de la Sorbonne, salle Cavaillès (escalier C, 1er ét. droite)

 

Le séminaire Philosophie & Psychanalyse recevra Emmanuel de Saint Aubert, CNRS/ULM/Archives Husserl, le samedi 13 avril à 10h30, salle Cavaillès. Il interviendra sur le thème :

« Merleau-Ponty et les ultras-choses »

Argument: Cet exposé sera consacré à la notion originale d’ « ultra-chose », à partir de Merleau-Ponty, mais aussi sous un éclairage plus personnel et clinique. Merleau-Ponty emprunte librement cette notion à Henri Wallon et aux différends qui éloignent celui-ci de Piaget, pour l’intégrer à sa propre critique de Piaget ainsi que, plus largement, à sa lutte contre l’ontologie de l’objet. Depuis les cours en Sorbonne et jusque dans les inédits ontologiques tardifs, les ultra-choses font chez Merleau-Ponty un chemin étonnant, exemplaire de son intégration des sciences humaines (ici, psychologie du développement, psychologie de la forme et psychanalyse) à une démarche proprement phénoménologique et ontologique. Cette réflexion nourrit sa recherche de l’être infra-objectif et informe sa conception de la donation en chair. Mais elle le fait dans une orientation et une radicalisation telles que la torsion imprimée à l’approche originelle de Wallon dessine en retour certaines lacunes de l’anthropologie comme de l’ontologie de Merleau-Ponty. La généralisation opérée par le philosophe le rend aveugle à un pan décisif des enjeux comme de la signification des ultra-choses, qui appelle une différenciation plus franche des concepts de désir et de foi perceptive, ainsi qu’une analyse plus poussée de la « profondeur » qui intéresse tant le phénoménologue, jusqu’à une conception apte à nous ouvrir à la portance de l’être.


Vous aimerez aussi...