Soutenance de Pierre Fasula (dir.: C. Chauviré): « Musil, Wittgenstein: l’homme du possible » (13 avril 2013)

 

Titre: Musil, Wittgenstein: l’homme du possible.

 

Composition du jury: 

Barbara Agnese – Maître de conférence à l’Université de Vienne

Christiane Chauviré – Professeur émérite à l’Université Paris 1

Allan Janik – Professeur émérite à l’Université d’Innsbruck

Sandra Laugier – Professeur à l’Université Paris 1

Layla Raïd – Professeur à l’Université d’Amiens

Antonia Soulez – Professeur à l’Université Paris 8

 

Date, heure et lieu: 13 avril 2013, 9h, salle Duroselle, galerie Dumas, 1, rue Victor Cousin, Paris 5e.

Pot de thèse: à la suite de la soutenance, en salle Cavaillès, UFR de philosophie, 17, rue de la Sorbonne, Paris 5e.

 

Résumé: Au chapitre 4 de L’Homme sans qualités, Musil présente son personnage principal, Ulrich, comme doué d’un « sens du possible », qu’il définit ainsi : « L’homme qui en est doué, par exemple, ne dira pas : ici s’est produite, va se produire, doit se produire telle ou telle chose ; mais il imaginera : ici pourrait, devrait se produire telle ou telle chose ; et quand on lui dit d’une chose qu’elle est comme elle est, il pense qu’elle pourrait aussi bien être autre. Ainsi pourrait-on définir simplement le sens du possible comme la faculté de penser tout ce qui pourrait être « aussi bien », et de ne pas accorder plus d’importance à ce qui est qu’à ce qui n’est pas » (L’Homme sans qualités, §4). Dans cette thèse, ce sens du possible est examiné à la fois en rapport avec ce que Wittgenstein dit de la possibilité et dans ses différentes mises en œuvre. Dans le domaine théorique, par comparaison avec la démarche scientifique, le sens du possible est la capacité à penser non seulement toutes les possibilités réelles, dont certaines nous sont cachées par nos attentes, mais aussi d’autres modes de représentation qui déterminent ce qui est possible et ce qui ne l’est pas. Dans le domaine de la conduite de la vie, le sens du possible est non pas la solution mais l’expression du problème de la vie juste (« comment dois-je vivre ? »). Enfin, le sens du possible prend la forme d’un développement d’utopies, dont on interroge la possibilité réelle, la concevabilité et l’articulation entre les deux.


Vous aimerez aussi...