Soutenance d’Alexandre Cléret (dir.: R. Barbaras): « Merleau-Ponty et le réaménagement de l’inconscient freudien » (26 mars 2013, Paris 1)

 

Titre: « Merleau-Ponty et le réaménagement de l’inconscient freudien »

 

Composition du jury: 

M. Renaud BARBARAS, Professeur à l’Université Paris I Sorbonne – Directeur de recherches

M. Jocelyn BENOIST, Professeur à l’Université Paris I Sorbonne – Président du jury

M. Etienne BIMBENET, Professeur à l’Université de Lyon – Rapporteur

M. Régnier PIRARD, Professeur à l’Université de Nantes– Rapporteur

Résumé: Merleau-Ponty représente une figure originale de la réception de l’inconscient psychanalytique en France et c’est d’abord autour de la question du complexe, mais surtout de celle du refoulement, qu’il entend engager un dialogue  avec Freud. Si la discussion avec ce dernier est d’abord compromise par des prismes de lectures philosophiques et psychologiques qui en déforment le sens original, le philosophe a pu se donner de 1942 à 1945 une connaissance plus directe de l’œuvre du psychanalyste, chez lequel il trouve l’intuition précieuse du refoulement, qu’il entend reprendre à son compte au sein de la théorie de la perception. La question est alors de savoir en quoi le réaménagement de l’inconscient au travers de l’enjeu central du refoulement permet encore de reconnaître le refoulement freudien dans la figure merleau-pontyenne du refus. En prenant Merleau-Ponty à la lettre, on se demande ainsi dans quelle mesure et dans quelles limites le philosophe peut continuer à parler du refoulement « dont parle la psychanalyse » à partir du moment où il procède au réaménagement existentiel du problème freudien en dehors de tout naturalisme. S’il est possible en effet de procéder à une critique des cadres théoriques inadéquats dans lesquels Freud a d’abord pensé le refoulement, et s’il est possible dans une certaine mesure de « parler un autre langage » que celui, matérialiste et énergétiste de la psychanalyse, peut-être l’ontologie merleau-pontyenne générale, dans ses conceptions relatives au sujet, à son corps, à son temps, à sa perception et à son monde déforme-t-elle alors nécessairement le refoulement freudien et tout ce qu’il permet de penser, théoriquement et pratiquement. La mire du travail est la comparaison systématique du refoulement freudien et du refus merleau-pontyen, la critique de la prétention de ce dernier à recouvrir le premier, le gain éventuel pour la psychanalyse d’une refonte existentielle du problème de l’inconscient au travers du refoulement et de son réaménagement, et la fondation merleau-pontyenne du réaménagement de l’inconscient dans l’œuvre dernière du philosophe.


Vous aimerez aussi...