Parution: A.M. Lovell, S. Pandolfo, V. Das, S. Laugier, Face aux désastres

Une nouvelle anthropologie de la folie est en train de naître. Elle n’a plus pour centre de gravité l’étude critique de la répression des déviants et des anormaux, qu’elle retrouve toutefois en analysant en détail la fragilité que tout un chacun ressent quand il s’efforce, au quotidien, de trouver sa voix propre. La folie ainsi revisitée devient « une tragédie de l’ordinaire ». Or rien ne révèle mieux cette tragédie de l’ordinaire que les désastres collectifs extraordinaires où la vulnérabilité foncière des êtres humains est mise à nu. La Nouvelle-Orléans ravagée par Katrina, les bidonvilles de Rabat ou de Delhi sont les théâtres paradoxaux où, dans la détresse et le dénuement, s’inventent de nouvelles manières d’exister et de s’exprimer. Trois anthropologues et une philosophe explorent ici les terrains où cette façon inédite de considérer la condition humaine au prisme de la folie s’est imposée à elles avec force, et en tirent les conséquences politiques, éthiques et scientifiques, en termes de care.

Anne M. Lovell, anthropologue, est directrice de recherche émérite à l’Inserm.
Stefania Pandolfo, spécialiste du Maghreb et de l’islam, est professeure d’anthropologie à l’université de Californie à Berkeley.
Veena Das est Krieger-Eisenhower Professor au département d’anthro­po­logie de l’université Johns Hopkins à Baltimore.
Sandra Laugier est professeure de philosophie à l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne.


Vous aimerez aussi...