Parution: Ontologie de la vie et éthique de la responsabilité selon Hans Jonas (Paris, Vrin, 2013)

La tâche que s’assigne Hans Jonas est double mais se résout dans une seule et même intuition. Il s’agit, d’une part, de montrer que l’ontologie trouve sa vérité à condition de surmonter le dualisme du sujet et de l’objet, et de se défaire définitivement du point de vue de la substance dont celui-ci procède. Il s’agit, d’autre part, de donner un fondement à l’éthique en échappant au risque de subjectivisme. Or c’est en méditant sur la finitude de la vie que l’on pourra, quasiment dans un même geste, non seulement penser authentiquement l’ouverture de l’homme à l’être mais également le devoir qui lui incombe à l’égard du monde. L’ontologie de la vie est la condition d’une anthropologie qui apprend à l’homme ce qu’il est mais aussi ce qu’il doit faire.

Éric Pommier est professeur agrégé et docteur en philosophie de l’Université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne. Il poursuit ses recherches à la Pontificia Universidad Católica du Chili.

Vous aimerez aussi...