Colloque “À l’interface de l’intériorité et de l’extériorité : les sense-data” (29 mars 2014)

7 mars 2014
Par

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

EA3562 PhiCo – Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne

Axe EXeCO

 

Organisé par Alexandre Couture-Mingheras et Sandra Laugier 

Lieu: Sorbonne, Université Paris 1, UFR de Philosophie, 17, rue de la Sorbonne, Paris 5e, escalier C, 1er étage, droite, salle Lalande.

 

ARGUMENT:

Y a-t-il encore un sens à parler de sense-data ? Se poser la question semble indiquer une naïveté, si ce n’est une ignorance impardonnable, lorsque l’on sait que l’idée de donnée indépendante de la prise que nous aurions sur elle et soustraite à la légalité –variable- des normes perceptives, a reçu les coups conjugués de la philosophie du langage ordinaire (Austin, Sellars, Mc Dowell) et de la phénoménologie post-husserlienne (Merleau-Ponty, Sartre, Max Scheler). Il reste que nous ne cessons de revenir à ce donné, dont nous dénonçons la nature mythique, comme si, au fond, nous ne pouvions totalement en faire le deuil.

Or n’a-t-on pas ce faisant attaqué autre chose qu’un sense-datum dont, au fond, la nature demeure trouble? Il faudra partir du projet anti-kantien au tournant du XXème siècle, celui d’une critique en règle de l’idée qu’existe un réel en deçà d’un monde d’apparences et qui se déploie dans une réforme de la notion de perception, qui désormais désigne un matériau autonome et non plus la manière dont un objet se donne à un sujet. Il n’est pas certain que cette « sensation », qui se situe à l’interface du physique et du psychique et se dresse ainsi contre le recours artificiel à un principe d’unification méta-empirique (acte, sujet transcendantal, fonctions psychiques supérieures) puisse nourrir un solipsisme -dont on l’a accusé- sitôt que la distinction entre intériorité et extériorité ne relève plus d’une donation mais figure à titre de résultat, de construction ultérieure.

La théorie des sense-data peut-elle être rabattue sur le phénoménalisme (Berkeley, Hume)? Si on l’interroge dans son rapport à la structuration de l’expérience perceptive, est-il si certain qu’elle constitue –selon une lecture un peu forcée- un matériau sensible chaotique, qu’elle rentre en somme en conflit avec la Gestalttheorie, notamment à son origine pré-berlinoise (Stumpf, Ehrenfels) qui hérite en grande partie de la théorie des éléments d’Ernst Mach? Il nous semble trop simple de les congédier aussi rapidement en prétextant du fait, certes inéliminable, qu’il ne peut y avoir de donné sans configuration, sans mise en forme, que la vision est acquise, informée par des schèmes culturels, marquée au fer rouge des catégories d’une langue. Le colloque ambitionne en somme d’interroger la nature de ce « donné » qui a souvent souffert d’incompréhension et dont la possible réhabilitation n’a quant à elle rien de mythique.

 

PROGRAMME:

10h - Accueil des participants

10h15-10h30 - Introduction par Sandra Laugier et Alexandre Couture-Mingheras

10h30-11h30 – Arnaud Dewalque (Université de Liège) : « Les contenus phénoménaux complexes »

11h30-12h30 – Elena Partene (Université Paris I) : « Le donné : un héritage kantien ». Discutant : Alexis Anne-Braun (Université Paris I)

 

14h-15h – Christophe Al Saleh (Université de Picardie-Jules Verne) : « Par-delà le mythe du donné »

15h-16h : Pierre Fasula (Université Paris I) : « Putnam lecteur d’Austin et de Dewey : sur la critique des sense-data »

16h-16h15 – Pause

16h15- 17h15 – Aurélien Zincq (Université de Liège) « L’Analyse des sensations est-elle aussi une psychologie de la forme? Pour une réévaluation du monisme neutre d’Ernst Mach »

17h15- 18h15 – Éric Tremault (Université Paris I) : « Merleau-Ponty critique des ‘’images mentales’’ »


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : 1. Actualités d'EXeCO, Archives, Archives Colloques / Journées d'étude, Colloques / Journées 2013/2014, Archives doctorants, Journées d'études, colloques de doctorants

Les commentaires sont fermés.


Carnets de recherche