Soutenance de Nicolas Delon (24 juin 2014): Une théorie contextuelle du statut moral des animaux

 

Titre: Une théorie contextuelle du statut moral des animaux

 

Composition du jury:

  • Christophe AL-SALEH (Maître de conférences, Université de Picardie Jules Verne)
  • Florence BURGAT (Directrice de recherches, INRA)
  • Catherine LARRERE (Professeure émérite, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Sandra LAUGIER, directrice (Professeure, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Emmanuel PICAVET (Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Pierre-Yves QUIVIGER (Professeur, Université de Nice Sophia-Antipolis)

 

Date, heure et lieu: 24 juin 2014, 9h; salle J.-B. Duroselle, Galerie Dumas, Sorbonne, 1 rue Victor Cousin, 75005 Paris

 

Résumé: Ce travail développe une théorie contextuelle du statut moral des animaux qui concilie les exigences morales de l’impartialité et l’importance des relations de vulnérabilité et de partialité. A partir d’une analyse de la notion de statut moral comme ensemble d’obligations directement dues aux animaux, la théorie se décline en deux volets principaux : un modèle descriptif et un modèle normatif d’attribution du statut moral, tous deux « duels ». Alors que les principales théories de l’éthique animale font principalement dépendre le statut ou bien des relations ou bien des capacités psychologiques, je montre que le statut moral dépend de propriétés intrinsèques (typiquement des capacités) et de propriétés extrinsèques (typiquement des relations et un contexte) des entités moralement considérables. Le modèle normatif s’organise autour de deux grands principes : un Principe de Protection des Vulnérables et un Principe de Partialité Raisonnable, tous deux justifiés impartialement, conciliant ainsi l’exigence relationnelle et particulariste des éthiques du care et l’exigence d’impartialité de la justice. Les relations spéciales rendent en particulier certains animaux familiers irremplaçables et dotés d’un statut moral spécial. Je montre enfin qu’un grand nombre d’animaux, conscients mais non nécessairement conscients d’eux-mêmes, et qui en outre ne participent pas à de telles relations, les animaux d’élevage, sont également irremplaçables dans la mesure où ils ont une vie propre à mener, dont les humains peuvent retracer la narrativité.


Vous aimerez aussi...