Soutenance de David Zapero (26 sept. 2014): « Kant et la justification de la loi »

 

Titre: « Kant et la justification de la loi »

Composition du jury: 

  • M. Jocelyn Benoist (Université Paris 1)
  • M. Markus Gabriel (Université Bonn)
  • M. Jean-François Kervégan (Université Paris 1)
  • M. Richard Moran (Université Harvard)
  • M. Dominique Pradelle (Université Paris 4)

Date, heure et lieu: le vendredi 26 septembre 2014 à 14h, à la Sorbonne, en salle J-B Duroselle (Galérie Dumas).

Résumé: On pourrait croire que, dans son effort pour justifier la loi morale, Kant cherche à étayer l’autorité de cette loi et à montrer pourquoi nous devons agir comme elle nous l’ordonne. En réalité, l’enjeu que soulève pour Kant la justification de la loi morale en est un autre, préalable : il s’agit pour lui non de fonder l’autorité d’une certaine prescription, « la » loi morale, mais de déterminer en quoi peut consister l’autorité d’une prescription quelconque. En effet, Kant cherche à défendre une perspective moderne qui distingue rigoureusement l’« être » du « devoir être », le Sein du Sollen : il s’attèle à montrer que cette perspective, dans laquelle rien au niveau de l’être ne peut fonder une autorité pratique, dans laquelle il n’existe aucune contrainte pratique « naturelle », n’entraîne guère la perte qu’on pourrait croire et ne nous oblige pas à admettre que toute contrainte pratique est « artificielle », instituée ou décrétée. Tout en rejetant l’idée selon laquelle l’autorité pratique aurait un fondement ontologique, Kant refuse d’admettre que cette autorité est dépourvue de tout fondement.

C’est ce que nous essayons de montrer dans notre travail, où nous revenons sur un problème « fondationnel » – non pas simplement pour déterminer si, oui ou non, l’auteur en question réussit à le résoudre mais pour nous interroger sur le sens et la portée qu’il lui donne.


Vous aimerez aussi...