Prochaine séance du séminaire “Le réalisme en questions”: M. Ferraris (25 oct. 2014)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne (PhiCo)

Composante  « Expérience & Connaissance » (EXeCO)

 

Séminaire de recherche 2014-2015 coordonné par Jocelyn Benoist

 

Le réalisme en questions

 

Samedi 25 octobre 2014, 10h30-12h30

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre Sorbonne, 17 rue de la Sorbonne, Escalier C, 1er étage couloir droite

Salle Lalande

 

Maurizio Ferraris (Université de Turin) :

Réalisme positif

 

« Dans mon intervention, je me propose de:

· Caractériser les trois modalités principales de l’antiréalisme contemporain : le corrélationisme, le constructivisme et le culturalisme. Le premier suppose que le monde existe seulement en corrélation avec un sujet connaissant ; le second que le monde est  construit en quelque façon par le sujet connaissant ; le troisième que le monde ‘significatif’ (quoi qu’il faille entendre par là) existe  seulement en rapport avec le sujet connaissant.

· Produire la détermination fondamentale du réalisme, que je définis comme « ontologisme », entendant par là la revendication d’un être indépendant de la connaissance que nous en avons. Au cœur de l’ontologisme, je pose un principe fondamental, c’est-à-dire le fait qu’il y ait une différence fondamentale entre ontologie et épistémologie.

· Décrire la première forme d’ontologisme, le ‘négativisme’, c’est-à-dire l’idée que la différence première et fondamentale entre l’ontologie et l’épistémologie se manifeste par ce que j’appelle le caractère ‘non amendable’, qui manifeste l’indépendance du monde extérieur par rapport à nos appareils perceptuels et schèmes conceptuels.

· Décrire la deuxième forme d’ontologisme, l’ ‘émergentisme’, c’est-à-dire l’idée que la réalité ontologique ne se contente pas de résister, mais invite, c’est-à-dire rend possible l’interaction entre des êtres qui peuvent aussi être très différents par leurs schèmes conceptuels, leurs appareils perceptuels, leur taille, leur durée de vie.

· Illustrer le fonctionnement de l’émergentisme dans le monde social, à travers ce que je définis comme ‘textualisme’, c’est-à-dire la doctrine selon laquelle les interactions dans le monde social sont avant tout le résultat des orientations qui ont lieu dans le monde social lui-même, plutôt que dans les sujets qui en sont conditionnés. »


Vous aimerez aussi...