Colloque « Philosophie et littérature: l’attention au particulier » (9 et 10 janvier 2015)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

EA 3562 – Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne

Axe EXeCO

 

  • En collaboration avec le CURAPP-ESS
  • Dans le cadre du GDRI « PloCo » (INSHS CNRS)

 

Organisé par Pierre Fasula (Paris 1/PhiCo), Sandra Laugier (Paris 1/PhiCo) et Layla Raïd (UPJV / CURAPP-ESS)

 

La dernière décennie a montré un vif intérêt pour les rapports entre philosophie et littérature, en provenance de plusieurs courants philosophiques variés.

En témoigne la publication d’un nombre important d’ouvrages et de collectifs (J. Bouveresse, La connaissance de l’écrivain ; S. Laugier, Éthique, littérature, vie humaine ; D. Lorenzini et A. Revel, Le travail de la littérature ; P. Sabot, Philosophie et littérature ; C. Dumoulié, Littérature et philosophie. Le gai savoir de la littérature ; K. Dauber et W. Jost, Ordinary Language Criticism. Literary Thinking after Cavell after Wittgenstein ; T. Moi, Simone de Beauvoir: The Making of an Intellectual Woman). Cf. aussi la publication de nombreuses traductions (C. Diamond, L’importance d’être humain ; M. Nussbaum, La connaissance de l’amour ; S. Cavell, Dire et vouloir dire)

Ces travaux ont mis en évidence la pertinence de la littérature en philosophie : comment elle est porteuse d´une forme de connaissance ou de productivité philosophique, comment elle contribue à la réflexion morale.

La thématique est abordée via un cycle annuel de journées d’étude, commencé en 2013. Pour mémoire, les thématiques de l’atelier 2013 étaient : l’expérience de la littérature ; scepticisme et tragédie. L’atelier 2015 aura pour objet l’attention au particulier, au cœur des philosophies contemporaines de la littérature, notamment :

  • L’Ordinary Language Criticism, héritée de Wittgenstein et Cavell ;
  • Le particularisme moral de Nussbaum, construit sur un héritage aristotélicien ;
  • La critique élaborée depuis l’œuvre de Foucault.

Signalons l’importance croissante de deux figures nouvelles : Iris Murdoch, philosophe et romancière, et Carol Gilligan, figure des éthiques du care, romancière également, dont les travaux sur la littérature se rattachent à la critique féministe.

Selon Nussbaum, la littérature donne à la philosophie morale une profondeur que ne permet pas le travail académique traditionnel, dont les « exemples » transmettent leurs étroites limites à la réflexion elle-même. Limites qu’un bon usage philosophique de la littérature permet de dépasser. En tant que réservoir de pensées concrètes, la littérature serait ainsi à même de rendre visible la réalité de la vie morale, tâche qu’en général la philosophie sans l’art serait incapable de réaliser.

Une série de problèmes apparaît dès lors, qui dessinent un visage différent de la philosophie morale et de son objet, selon qu’on acquiescera ou non au principe d’une telle communication entre littérature et philosophie : comment la philosophie discute-t-elle de la vie humaine, avec quels outils, capables d’en représenter quelles dimensions ? Comment se rapporte-t-elle au particulier des vies humaines ?

 

Vendredi 9 janvier 2015 – Salle 216 du Centre Panthéon

 

9h30 : Accueil et présentation

Présidence : Pierre Fasula

 

9h45 : Piergorgio Donatelli (Université de Rome La Sapienza)

« Literature, Imagination and Moral Progress »

 

10h45 : Daniele Lorenzini (Université Paris-Est Créteil)

« L’attention au particulier comme pratique de l’ordinaire »

 

12h : Layla Raïd (Université Picardie Jules Verne)

« Anesthésie émotive et cécité morale. Une lecture de Jean Rhys, Good Morning, Midnight » 

 

Présidence : Layla Raïd

 

14h45 : Pierre Fasula (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

« L’homme sans particularités »

 

15h45 : Thibaut Sallenave (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

« Le reste et le particulier. Le problème du “sujet” chez Jean Paulhan »

 

17h : Miranda Boldrini (Université de Rome La Sapienza)

« Iris Murdoch sur éthique et littérature : l’imagination, la tragédie et la mort »

 

Samedi 10 janvier 2015 – Salle Lalande du Centre Sorbonne

 

9h15 : Emmanuel Halais (Université Picardie Jules Verne)

« Philosophie et littérature chez Iris Murdoch »

 

10h15 :

Patricia Paperman (Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, LEGS)

« Refus du particulier: les réponses de Ruth Kluger (Weiter LebenPerdu en chemin) »

 

11h30 : Philippe Sabot (Université Lille 3)

« Harry Crews et l’ordinaire du mal »

 

14h : Judith Revel (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

« Pour une nouvelle écriture du quotidien : du réel des objets au réel des pratiques »

 

15h : Sandra Laugier (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

« Care et littérature : un nouveau paradigme »

 

16h15 : Ariane Revel (Université Paris-Est Créteil)

« D’une voix l’autre : attester et rapporter l’expérience particulière dans quelques textes de W.G. Sebald »


Vous aimerez aussi...