Prochaine séance du séminaire Philosophie et psychanalyse: Guy-Félix Duportail (21 mars 2015)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne (PhiCo)

Composante  « Expérience & Connaissance » (EXeCO)

 

Lieu: Sorbonne, Université Paris 1, UFR de Philosophie, 17, rue de la Sorbonne, Paris 5e, escalier C, 1er étage, droite, salle Cavaillès.

Date et heure: 21 mars 2015, 10h30-12h30

Organisation: Guy-Félix Duportail

 

Intervenant: Guy-Félix Duportail, Université de Paris 1: « Variations sur une phrase de Kierkegaard »

 

Argument : « Celui qui besogne, celui-là peut enfanter de son propre père » Comment comprendre le sens de cette phrase ? « L’enfantement de son propre père » cesse d’être une énigme si l’on considère le père comme nom. L’opération est même « bien connue ». Elle préside à la création d’un nom d’auteur, comme ce fut le cas, nous le verrons, pour Joyce ou pour Montaigne. Dans la théorie psychanalytique, on peut rapprocher cette opération du motif topologique qui conditionne le passage de l’innommable – le réel du meurtre du père – à la formation des noms du père (le nœud borroméen selon Lacan). L’engendrement d’un nom peut-il cependant recevoir un sens proprement philosophique ? L’appropriation du nom du père par la création d’un nom témoigne d’une forme d’acquiescement au fait de « se trouver » dans le monde, d’être le là (Heidegger). Dans l’assomption de la facticité de son être, c’est l’existant comme tel et pas seulement l’auteur d’une œuvre littéraire qui se révèle comme un être-pour-le-nom. Comme pour le jeune homme de la Reprise (Kierkegaard à nouveau) ou comme pour le personnage d’Hamlet, il nous faut naître deux fois pour exister. On terminera par l’esquisse programmatique d’une analytique existentiale d’inspiration psychanalytique. Nous ne sommes pas seulement au monde mais aussi à l’Autre, ici en deux.


Vous aimerez aussi...