Journée d’étude: « La perception, au carrefour de la représentation, du langage et de l’action » (4 avril 2015)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

EA 3562 – Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne

Axe EXeCO – Expérience et Connaissance

 

Organisation : Christophe Al-Saleh (UPJV), Pierre Fasula (Paris 1/PhiCo), Alexandre Couture-Mingheras (Paris 1/PhiCo)

Lieu : Sorbonne, Université Paris 1, UFR de Philosophie, 17, rue de la Sorbonne, Paris 5e, escalier C, 1er étage, droite, salle Halbwachs.

 

ARGUMENT

Au début du XXème siècle, la théorie des sense-data avait pour but, à l’encontre de toute une conception représentationniste de la sensation, de dissoudre le faux problème de l’accès au monde extérieur, i.e. la fidélité de l’idée à ce dont elle est l’idée. Dans le terme, il faut aussi bien entendre le datum, le fait que se donne quelque chose d’objectif dont le moi n’est pas l’instigateur, que les data, les informations. Les sense-data demeurent ainsi, semble-t-il, au confluent du langage et de la représentation.

C’est de cette oscillation constitutive que nous voudrions partir : peut-on réellement dissocier le donné de son format de donation et de sa manière d’être dit (le schème linguistique) ou bien y-a-t-il un excès du représenté sur ce qu’on en dit (schème représentationnel) ? À moins que ce ne soit la dichotomie elle-même qui soit fautive. Il s’agira à cet égard d’articuler, en revenant à l’élaboration de la théorie russellienne des sense-data et à sa réception, trois opérateurs de l’ère contemporaine de désactivation de ce que la tradition a considéré comme étant le « problème » de la perception et qui, en débat avec la théorie des sense-data, ont contribué à façonner son histoire.

(1) Le retour à une approche qui fait droit à la notion de représentation.

(2) La second approche, pragmatiste (wittgensteinienne et oxonienne), qui cesse de penser la perception comme un tribunal d’instance et comme fondement épistémique de nos connaissances, interroge le perçu du point de vue de ce que nous « faisons ».

(3) La troisième approche, conceptualiste et, en un sens, néo-kantienne, érige la perception en point de compénétration de l’impression et du concept. Les sens ne seraient pas frappés de mutisme. Cet essai de résolution du problème lie inextricablement la perception à la catégorialité d’une langue. Or montrer que la perception est constructiviste, qu’elle constitue son objet, que sans formatage le perceptible ne peut être perçu, cela ne revient-il pas à reconduire ce schème de la représentation que la pensée austinienne visait justement à balayer ? Il faudrait avoir un pied hors de la perception pour lui octroyer une certaine nature, n’être pas à ce que l’on perçoit pour en pointer les limites.

Percevoir, ce serait peut-être toujours plus que simplement percevoir, ce serait dire, discerner, (se) représenter, agir.

 

PROGRAMME 

9h45 – Accueil des participants

10h – Alexandre Couture-Mingheras (U. Paris 1) : Introduction « Forme et matière. Retour sur les critiques d’Austin et de Sellars des sense-data »

10h30 – Sébastien Gandon (U. Blaise Pascal, Clermont-Ferrand): « Wiener et le constructionalisme russellien »

11h30 : Pause

11h45 – Pierre Fasula (U. Paris 1) : « Putnam critique de Kim: à propos du contenu mental »

12-45 – 14h15: Pause-déjeuner

14h15 – Sandra Laugier (U. Paris 1) : « Le silence des sens »

15h15 – Olivier Massin (U. de Genève) : « Percevoir sans compter »

16h15 – Pause

16h30 – Christophe Al-Saleh (U. de Picardie – Jules Verne) : « Sensibilité et directionnalité »

 

 


Vous aimerez aussi...