Prochaine séance du séminaire doctoral EXeCO: Sylvain Theulle (4 mai 2015)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

EA 3562 PhiCo – Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne

Axe EXeCO

 

La prochaine séance du séminaire doctoral EXeCO de l’université Paris 1 aura lieu le lundi 4 mai de 17h à 19h en salle Nosophi (Sorbonne, esc. K (au fond de la Galerie Dumas ou entrée rue Cujas), 2e ét., salle 511/513 (G 615). Sylvain Theulle y présentera une communication sur le thème suivant: « justification et description en éthique ». Vous en trouverez le résumé ci-dessous. En espérant vous y voir nombreux,

 Bien cordialement,

Yoann Malinge et Clarisse Zoulim pour le séminaire doctoral

EXeCO.seminairedoctoralexeco@gmail.com

 

Les approches méta-éthiques ont pendant longtemps été dominées par l’émotivisme, théorie selon  laquelle les jugements de valeur ne sont pas des descriptions de faits empiriques, mais sont  l’expression de désirs, d’attitudes d’appréciation ou de rejet. L’émotivisme mène donc à une conception subjectiviste des valeurs, celles-ci n’étant pas des constituants dans la fabrique du monde, pour reprendre l’expression de Mackie, mais seulement des projections de nos désirs sur des faits naturels. En réaction, un courant réaliste en morale a vu le jour, dont la forme la plus forte est celle du réalisme de Cornell (Boyd, Brink, Sturgeon), pour qui les propriétés morales sont des propriétés naturelles parmi d’autres, pouvant entrer dans nos explications scientifiques du monde. Deux positions contradictoires sont ainsi tracées sur ce débat concernant la nature des propriétés et des faits moraux : une première position anti-réaliste et subjectiviste, et une seconde position réaliste et naturaliste. Nous voudrions ici montrer, en nous appuyant sur les derniers textes de Putnam (particulièrement Ethique sans ontologie, mais aussi Définitions) que cette discussion entre réalistes et anti-réalistes est faussée dès le commencement, et que les deux camps opposés tombent dans les mêmes difficultés. En effet, le but de l’éthique n’est pas d’être une description de quoi que ce soit, et l’éthique, bien qu’elle mentionne certains faits, ne se réduit jamais à cette seule mention des faits. Car son but est de justifier ou de critiquer l’action. Et c’est cette fonction de justification et de critique qui demande à être comprise et étudiée. En effet, une chose réelle n’est jamais par elle-même une justification ou une critique d’une autre chose réelle. Une chose réelle est là, c’est tout. Se demander, comme le font les réalistes et les anti-réalistes, s’il existe des propriétés ou des faits moraux, c’est donc passer complètement à côté de l’éthique. Il faudra donc, comme le propose Putnam, distinguer radicalement réalité et objectivité. Autant la prétention à l’objectivité est fondamentale à toute discussion éthique, autant la question de sa réalité n’a pas le moindre sens. Une justification peut être objective, au sens où elle est solide et partageable, mais elle ne peut pas être réelle ou irréelle. Pour cette raison, il est nécessaire de rapprocher l’éthique et l’épistémologie. Personne n’a jamais prétendu qu’être une preuve ou être un contre-exemple sont des propriétés réelles d’une chose naturelle. Ce n’est que dans le cadre de la justification de nos théories que les choses prennent ces valeurs épistémiques. Une preuve n’est pas une réalité empirique, c’est un élément dans « l’espace des raisons ». L’éthique aussi se trouve dans cet espace, et non dans « l’espace des causes ».

 

Sylvain Theulle est doctorant du Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne, à l’université Paris 1, sous la direction de Sandra Laugier. Sa thèse est intitulée  « Les critiques de la dichotomie des faits et des valeurs ».


Vous aimerez aussi...