Journée d’études: autour de la traduction de L’éthique sans l’ontologie de Putnam (9 mai 2015)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

EA3562 PhiCo – Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne

Axe EXeCO

 

Journée d’étude Putnam: Autour de la traduction de L’Éthique sans l’Ontologie (Paris, Cerf, 2013)

 

Organisation : Pierre Fasula

Lieu : Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UFR de philosophie, 17 rue de la Sorbonne, salle Lalande

 

Cet ouvrage est tiré de deux séries de conférences, données par H. Putnam au début des années 2000, la première portant précisément sur le rapport entre éthique et ontologie, la deuxième sur ce que l’auteur décrit comme trois mouvements des lumières : les lumières platoniciennes, les 17e et 18e siècles, les lumières deweyennes. Ces deux séries sont comme l’envers et l’endroit d’une même position : le refus d’adosser les jugements éthiques à une ontologie n’implique pas l’abandon de la critique et de la recherche de l’objectivité dans les questions d’éthique, comme en attestent les différents mouvements des lumières. La première série de conférences prononce ainsi une nécrologie de l’ontologie, fondée sur une défense de la relativité conceptuelle et sur l’idée d’une objectivité sans objets, qui permet paradoxalement à l’auteur de conserver l’idée d’une objectivité de l’éthique. La deuxième série de conférences part de la description des mouvements des lumières, et notamment de la position de John Dewey, pour montrer qu’il y a bien dans l’histoire des processus d’apprentissages, y compris d’un point de vue éthique, qui permettent de répondre aussi bien au scepticisme concernant les lumières qu’au scepticisme éthique.

Avec ce livre, H. Putnam continue donc d’explorer le domaine de l’éthique, comme il l’a toujours fait au moins depuis Raison, vérité et histoire. Mais il préfère à la question de la distinction entre faits et valeurs, déjà traitée dans Raison, vérité et histoire, Le réalisme à visage humain et surtout Fait/valeur : la fin d’un dogme, celle, plus générale, de l’objectivité des jugements éthiques. Surtout, en accordant une place centrale à John Dewey, il achève la rupture avec le positivisme logique en éthique et participe du renouveau du pragmatisme.

 

PROGRAMME

 

9h15 : Accueil et présentation

9h30 : Piergorgio Donatelli (Université de Rome La Sapienza): Facts, Values and Concepts

10h20 : Jocelyn Benoist (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne): Qu’est-ce qu’être « réaliste » en morale ?

11h20 : Matthias Heuser (Freie Universität Berlin):  Description et valuation : l’éloge funèbre de l’ontologie par Putnam

 

12h15 : pause

 

14h : Alberto Naibo (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne): Putnam et la question de l’anti-réalisme logico-mathématique

14h50 : Anna Zielinska (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne): La relativité conceptuelle en morale : dire et vouloir-dire du langage éthique

16h : Sabine Plaud (SIRIS Academic): Progrès scientifique, progrès éthique. Que m’est-il permis d’espérer en matière de progrès dans la connaissance éthique ?

 


Vous aimerez aussi...