Soutenance de Benjamin Berger: « Ruyer et la nature humaine » (5 déc. 2015)

Date-horaire: le samedi 5 décembre à 14 h. 

Lieu: Université Paris 1, centre Panthéon, 12 place du Panthéon salle 216.

 

Composition du jury:

  • Renaud Barbaras (dir., prof. des universités, Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Jocelyn Benoist (prof. des universités, Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Frédéric Worms (prof. des universités, ENS-Ulm)
  • Pierre Montebello (prof. des universités, Toulouse 2)
  • Fabrice Colonna (prof. en classe préparatoire, lycée Joliot Curie)

 

Résumé :

Nous souhaitons montrer que pour affronter le problème suivant : comprendre l’inscription de la conscience dans la nature en échappant à l’idéalisme et au matérialisme, Ruyer ne s’est pas seulement engagé sur la voie d’une interprétation spéculative de données scientifiques principalement puisées dans l’embryologie et la physique quantique. Ruyer est avant tout un héritier de ce qu’il nomme lui-même « la grande voie naturelle de la philosophie », tradition qui consiste à penser le psychologique comme un échantillon à partir duquel peut être élaborée une ontologie de la nature. Comment, ayant commencé par défendre un panmécanisme dans les années 1930, Ruyer en est-il venu à s’inscrire dans cette « grande voie » et à réactualiser le panpychisme ? Dans ce travail, nous nous penchons aussi sur la manière dont Ruyer aborde la question du dualisme de la conscience et du corps, de l’être et de sa manifestation, de Dieu et de sa création. Enfin, nous parions que l’analyse de la structure de pensée que sous-tend sa fidélité à l’idéologie eugéniste permet de mettre en lumière un geste qui commande la majorité de ses décisions philosophiques, geste que lui-même ne théorise nulle part et que nous nommons l’« escamotage du symbolique ».


Vous aimerez aussi...