Publication: Renaud Barbaras, Métaphysique du sentiment (Paris, Cerf, 2016)

9782204110716-56bdf4b209caf

Si le sensible est bien ce qui présente le monde en sa profondeur et son imprésentabilité, il faut reconnaître que nous sommes éloignés de cette finitude constitutive du monde en son apparaître par une finitude plus radicale encore dont perception et langage sont l’expression. En effet, l’existence même de la subjectivité procède d’une scission qui affecte le procès de la manifestation, d’un archi-événement métaphysique séparant le monde de lui-même. Cependant, dans la mesure où nous sommes capables de nous rapporter à l’origine dont nous sommes exilés, c’est-à-dire tout simplement de faire de la phénoménologie, force est de reconnaître que nous n’en sommes pas radicalement séparés, qu’il y a donc une finitude de notre finitude. Nous nommons poétique la dimension d’existence qui nous met en relation avec notre sol ontologique et sentiment l’épreuve de ce sol, épreuve plus profonde que toute ouverture puisqu’elle excède la portée de la perception et du langage. C’est à une théorie du sentiment, où se fait jour le sens originaire de l’affectivité, que cet ouvrage souhaite contribuer.

Professeur de philosophie contemporaine à l’université Paris 1, Renaud Barbaras est l’un des meilleurs phénoménologues français contemporains. Parmi ses nombreux écrits : L’Ouverture du monde. Lecture de Jan Patocka (2011) ; La Vie lacunaire (2011) ; Dynamique de la manifestation (2013).


Vous aimerez aussi...