Soutenance de Romain Mollard: « La religion comme expérience : épistémologie et métaphysique de l’expérience religieuse dans l’œuvre de William James » (16 nov. 2016)

Date-horaire: 16 novembre 2016, 14h

Lieu: Paris I Panthéon-Sorbonne, salle Duroselle

 

Composition du jury: 

  • Madame Christiane Chauviré: Professeur émérite de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Madame Natalie Depraz: Professeur à l’université de Rouen
  • Monsieur Mathias Girel: Maître de conférences à l’ENS-Ulm
  • Monsieur Raphaël Liogier: Professeur des universités à l’Institut d’Etupes Politique d’Aix-en-Provence
  • Monsieur Stéphane Madelrieux: Maître de conférences à l’Université Lyon-3

 

Ce travail vise à explorer la notion d’expérience religieuse dans l’œuvre de William James (1842-1910). Si cette notion est tout à fait centrale dans les Variétés de l’expérience religieuse (1902), elle joue aussi un rôle très important dans bon nombres d’autres œuvres, si bien qu’il est possible de dire qu’une grande partie  du projet empiriste de James se joue au travers de cette question. En réalité, l’un des principaux problèmes que cet empirisme religieux doit affronter consiste à savoir si ces expériences humaines du divin permettent de faire des affirmations vraies, publiques et objectives au sujet de l’existence d’une forme de conscience supra humaine. Si dans, un premier temps, James développera son pragmatisme de manière à poser un lien entre Dieu et ces expériences religieuses en faisant l’économie d’une explication de type causale, il sera contraint, par la suite, d’élaborer une explication métaphysique de la possibilité de ces expériences, ce qui l’amènera à accepter la thèse panthéiste et panpsychiste d’une compénétration des champs de conscience. L’expérience religieuse apparaît alors, par réaction à une forme explicite d’« inquiétante étrangeté »,  comme une expérience métaphysique de l’intimité avec l’univers.


Vous aimerez aussi...