Soutenance de Alexis Anne-Braun: « How Does It Work? Une lecture de la théorie des symboles de Nelson Goodman » (8 déc. 2016)

Date-horaires: jeudi 8 décembre 2016 à 14h00

Lieu: salle Jean-Baptiste Duroselle (Galerie J.B. Dumas) de la Sorbonne (accès par l’entrée 1 rue Victor Cousin, 75005 Paris. Métro Saint-Michel; RER Luxembourg)

 

Composition de Jury :

  • Jocelyn BENOIST, Professeur, Université Paris I Panthéon-Sorbonne (directeur de thèse)
  • Jean-Philippe NARBOUX, Maitre de conférence, Université Bordeaux-Montaigne
  • Jean-Baptiste RAUZY, Professeur, Université Paris IV Paris-Sorbonne
  • Catherine Z. ELGIN, Professeur, Harvard University, Boston
  • Éléonore LE JALLE, Maitre de conférence, Université de Lille

 

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes très chaleureusement conviés. Vous pouvez confirmer votre présence, en m’envoyant un mail à l’adresse suivante :  alexis.annebraun@gmail.com.

 

Ci-dessous le résumé de mes recherches,  espérant que vous trouverez un intérêt à un des problèmes que j’y aborde :

Nous proposons dans cette thèse d’apporter une réponse à la question « Pourquoi conceptualisons-nous le monde tel que nous le faisons ? » Le cadre de cette réponse est fourni par la théorie des symboles de Nelson Goodman. L’enjeu de notre travail de thèse est de montrer comment une étude du fonctionnement de la référence et de nos différents actes de symbolisation permet de régler un certain nombre de problèmes philosophiques (une justification de l’induction, le problème de la dépiction, le problème kantien de la déduction des catégories, le problème des espèces naturelles et des universaux, une explication de la métaphore et de la fiction, l’essai d’une construction logique de l’expérience phénoménale) sans d’abord présupposer l’existence d’un monde réel, qui serait donné indépendamment de nos facons d’y référer. Aussi s’agit-il de montrer comment une théorie du fonctionnement symbolique fournit une justification de la référence, qui ne serait pas d’emblée adossée sur un Référent (le Monde, la Réalité) hors de notre portée, et qui de ce fait serait la raison de la métaphysique. Si une telle perspective s’apparente à une position que l’on qualifie dans le débat contemporain d’anti-réaliste, ce travail est motivé cependant par une compréhension paradoxalement « réaliste » de la philosophie de Nelson Goodman, et qui s’appuie sur une théorie des échecs et des ratages de la référence. Par là, nous entendions porter hautes les contraintes que font peser le réel et ses asperités (parmi lesquelles il faut compter l’histoire de nos pratiques), sur une theorie de la référence.


Vous aimerez aussi...