Soutenance d’Aurélie Pfauwadel: « La psychanalyse lacanienne et l’envers des normes. Réponses à Michel Foucault » (6 déc. 2016)

Date-horaires: 6 décembre 2016, 14h

Lieu: Sorbonne, salle Duroselle (Entrée par le 14 rue Cujas, 75005)

Attention : Veuillez imprimer et présenter svp cette invitation pour passer le contrôle de sécurité. 

 

La soutenance sera suivie d’un cocktail au Club des enseignants de la Sorbonne aux alentours de 18h (proche de la salle Duroselle). Merci de me confirmer votre présence à l’adresse suivante : a.pfauwadel@gmail.com

 

Composition du jury:

  • Jocelyn BENOIST, Professeur en philosophie à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
    Jean-François BRAUNSTEIN, Professeur en philosophie à l’université Paris 1
  • Fabian FAJNWAKS, Maître de conférence au Département de psychanalyse de l’université Paris 8
  • Guillaume LE BLANC, Professeur en philosophie à l’université Paris-Est Créteil
  • Clotilde LEGUIL, Maître de conférences HDR au Département de psychanalyse de l’université Paris 8

 

Résumé: 

Lacan, diagnostiquant très tôt le déclin de l’ordre symbolique patriarcal traditionnel, élabore dans les années 70 les outils conceptuels aptes à saisir la dérégulation moderne des jouissances et les nouveaux régimes normatifs qui cherchent à les juguler.

L’apport de la psychanalyse au questionnement philosophique sur les normes tient au caractère radicalement hors normes de cette expérience, qui permet de théoriser non seulement les processus de normalisation par l’Autre mais la normativité subjective et son pouvoir subversif.

Ce travail vise à démontrer l’irréductible spécificité de la psychanalyse, là où les généalogies foucaldiennes la rabattent sans cesse sur d’autres discours (médical, psychiatrique, familial, juridique, spirituel…).

Nous y montrons : 1/ que les thèses structuralistes du Lacan des années 50 qui promeuvent la Loi du Nom-du-Père comme Norme fondatrice visaient à contrer l’infléchissement normalisant de l’Ego psychology ; 2/ que la psychanalyse, au-delà des normes vitales et sociales, vise au traitement purement singulier et inventif de la jouissance par la lettre ; 3/ qu’elle n’est donc pas une technique clinique catégorisante mais une éthique a-normative ; 4/ que le Lacan des années 70, ayant critiqué en profondeur ses propres axiomes, passe à l’envers de lui-même, via la pluralisation des Noms-du-Père et la généralisation du symptôme ; 5/ que Lacan aboutit à une conception purement immanente des processus normatifs, sans pour autant verser dans l’historicisme ou le relativisme foucaldien. Lacan soutient en effet l’ex-sistence d’un impossible et d’un réel qui trouent le plan des pratiques, dont la seule économie ne suffit pas à l’intelligibilité des normes.


Vous aimerez aussi...