Appel à communications – Atelier : « Actualité de la philosophie féministe »

Appel à communications

Atelier : « Actualité de la philosophie féministe »

Samedi 7 janvier 2017

Organisation : Manon Garcia, PhiCo

 

Un atelier de philosophie féministe pour doctorant.e.s est organisé le samedi 7 janvier 2017 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne grâce au soutien de l’École doctorale de philosophie. L’objectif de cet atelier est de donner de la visibilité à un champ important de la recherche philosophique contemporaine, représenté dans toutes les composantes de l’UFR de philosophie, et de permettre à de jeunes chercheur.e.s qui travaillent dans ce champ de présenter leur travail.

Alors que dans les pays anglo-saxons, la philosophie féministe est aujourd’hui considérée comme un champ à part entière de la  
philosophie, elle est, en France, dans une situation paradoxale : d’un côté, la philosophie française apparaît comme le berceau de la philosophie féministe, notamment à travers les travaux de Simone de Beauvoir, et comme un de ses lieux d’ancrage principaux au vingtième siècle, grâce à Luce Irigaray, Julia Kristeva, Michèle Le Doeuff, Monique Wittig, Hélène Cixous ou Sarah Kofman, de l’autre, elle souffre dans le paysage académique d’un manque de visibilité voire de considération qui n’a pas d’égal dans les pays voisins.

Il s’agit donc de se demander ce que le féminisme peut apporter à la philosophie et en quoi il est possible de parler de philosophie féministe. Cela pourra impliquer, par exemple, de s’interroger sur la différence, s’il y en a une, entre la philosophie du genre et la philosophie féministe, sur le lien entre philosophie féministe et théorie critique, sur la nécessité ou non d’un rapprochement entre la philosophie féministe, la philosophie du genre et la philosophie de la « race ».

L’interrogation gagne à se faire dans plusieurs champs : ainsi, l’épistémologie féministe a pu s’interroger sur l’effet de l’adoption  
d’un point de vue féminin ou féministe sur la constitution du savoir et a ainsi eu un impact sur la philosophie des sciences ; les travaux sur le care ont montré comment la philosophie féministe pouvait apporter un éclairage déterminant à la philosophie morale et politique ; la relecture de la philosophie politique classique par des philosophes féministes a pu en faire apparaître des faiblesses ou des impensés ; la philosophie féministe du langage a ouvert de nouvelles perspectives à travers son analyse des insultes, par exemple.

L’objectif de cette journée n’est pas de réécrire l’histoire de la philosophie féministe en France mais d’offrir un espace de discussion des travaux contemporains dans ce champ pour en montrer la fécondité. Il ne s’agit pas d’unifier ce champ, mais au contraire d’en montrer le foisonnement, la diversité d’approches, la diversité d’objets permis par le fil conducteur qu’est le féminisme – dont la définition même pourra faire l’objet de discussions ou de présentations. Les propositions de communication pourront ainsi relever de l’histoire de la philosophie féministe, de l’épistémologie, de la métaphysique, de la philosophie morale, de la philosophie politique et sociale, ou d’autres champs encore [1] .

Cette journée d’études se conçoit comme un atelier de recherche pour doctorants. Ainsi, l’objectif est de consacrer environ une heure par présentation pour que chaque papier fasse l’objet d’une réponse par un.e professeur.e ou maître-sse de conférences de Paris 1, puis d’une discussion détaillée, donnant ainsi aux doctorants la possibilité de voir leur travail discuté avec précision.

Nous acceptons des contributions de doctorant.e.s en philosophie d’autres universités mais la priorité sera donnée aux doctorants de Paris 1. Étant donné le format de l’atelier, les propositions de communications seront idéalement des communications déjà rédigées (entre 3 500 et 5 000 mots) ou au moins un long résumé (1000 mots environ). La date limite d’envoi des propositions est le 20 novembre à atelierphilofeministe@gmail.com

L’avis sera rendu au plus tard le 10 décembre et les communications devront sans faute être envoyées aux répondant.e.s avant le 1er janvier 2017.

[1] Pour un aperçu de la diversité des champs abordés par la philosophie féministe, on pourra se référer à Miranda Fricker and  Jennifer Hornsby (dir.), The Cambridge companion to feminism in philosophy, Cambridge University Press, 2000.


Vous aimerez aussi...