Appel à contributions pour la journée d’études: « Décoloniser le féminisme » (18 mai 2017)

Appel à contributions – Journée d’études :

« Décoloniser le féminisme » 

Journée autour du travail de Soumaya Mestiri et des féminismes décoloniaux

 

17 et 18 mai 2017

 

Organisation : Marta Dell’Aquila, Manon Garcia, Mona Gérardin-Laverge

 

À l’occasion de la venue de Soumaya Mestiri en tant que professeure invitée au sein de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (chaire Tepsis), une journée d’études autour de son travail est organisée le 18 mai 2017 à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, qui vise à appréhender les différentes déclinaisons du « féminisme décolonial » et leurs usages dans les sciences humaines et sociales.

L’ouvrage de Soumaya Mestiri, Décoloniser le féminisme. Une approche transculturelle (Paris, Vrin, 2016) fera l’objet de deux manifestations : le 18 mai, une journée d’études en présence de Soumaya Mestiri, avec plusieurs interventions sur les thèmes qu’elle aborde dans son livre et une discussion préparée collectivement lors d’un atelier de lecture ouvert à tou.tes (masterant.es, doctorant.es, enseignant.es, militant.es, etc.) le 17 mai 2017.

Dès son apparition dans les années 1970, le concept de « féminisme décolonial » a été intégré au sein de nombreuses théories féministes. Loin d’être univoque, ce concept naît de l’exigence de décoloniser les pensées, les pratiques et les politiques féministes ; de contester l’hégémonie blanche dans les mouvements féministes ; de mettre en évidence l’intersectionnalité (Crenshaw, 1991) des identités sociales et politiques, du point de vue du genre, de la race, de classe, de la sexualité ; de faire reconnaitre les points de vue subalternisés.

Ces « Autres », que le féminisme occidental avait exclu.es, en les considérant comme périphériques, minoritaires, marginales et locaux, questionnent les approches universalistes et sapent l’idée d’une condition universelle des femmes, d’une homogénéisation, en proposant de « fédérer la différence sans l’annihiler », pour le dire avec les mots de Soumaya Mestiri. Le féminisme décolonial se place donc dans une perspective qui veut valoriser les formes créatives de résistance au colonialisme, en récusant toute forme de fermeture à la fois théorique et pratique.

La parution de l’oeuvre de Soumaya Mestiri crée un espace de dialogue et d’examen de ce champ fertile et innovateur, qui questionne et s’oppose à une raison impériale raciste, et qui donne de la place « aux consciences et aux modes d’actions spécifiques des dominés ». La démarche décoloniale de Soumaya Mestiri, qui ouvre de nouvelles pistes pour penser la méthode et l’analyse philosophiques du réel et de la pratique, constitue un prisme critique majeur sur la philosophie politique, le féminisme et l’action publique et politique.

Comme la conjugaison plurielle « féminismes décoloniaux » dans le titre l’atteste, l’objectif de cette journée d’études consiste à faire l’état des lieux des approches qui entendent remettre en cause le racisme, le classisme et l’hétérosexisme épistémiques habitant la pensée politique féministe de style occidental.

Des contributions provenant de la philosophie (morale, politique, sociale, du langage), de l’histoire de la philosophie féministe, de l’épistémologie, seront les bienvenues. Il est demandé d’envoyer une proposition d’une page ainsi qu’un curriculum vitae, avant le vendredi 3 mars 2017 aux adresses suivantes : marta.dellaquila@univ-paris1.fr et Mona.Gerardin-Laverge@malix.univ-paris1.fr


Vous aimerez aussi...