Prochaine séance du séminaire Intentionalité et réalité: Valérie Aucouturier (25 fév. 2017)

Séminaire de recherche 2016-2017

coordonné par Jocelyn Benoist (Paris 1, ISJPS, PhiCo-EXeCO) et Véronique Decaix (Paris 1, Gramata)

 

Intentionalité et réalité (I) : La réalité de l’intentionalité

 

Samedi 25 février 2017, 10h30-12h30

(Sorbonne, esc. C, 1er étage, Salle Lalande) :

 

Valérie Aucouturier (Université Saint-Louis, Bruxelles) :

La grammaire de l’intentionalité pratique

 

 

Bien que nous soyons soumis à tout un ensemble de forces, de déterminismes et de contraintes de natures diverses (physiques, sociales, institutionnelles, etc.), ce que nous faisons dépend largement de nous. C’est la raison pour laquelle nous sommes et pouvons être tenus responsables de nos actions. Comme l’avait bien vu John L. Austin, dès lors que nous pénétrons le domaine de l’action humaine, nous touchons la question de la responsabilité : une action humaine est excusable ou non, bien que la plupart du temps elle soit simplement neutre.

Le domaine de l’action ne fait qu’un avec celui de l’intentionalité pratique précisément parce que l’action est ce qui est essentiellement imputable à un agent plus ou moins responsable. On prête à l’agent, pour ainsi dire par défaut, des intentions relatives à ses actions. Pour reprendre la phrase célèbre d’Elizabeth Anscombe, « généralement, un homme a l’intention de faire ce qu’il fait effectivement ». C’est d’ailleurs une des raisons centrales pour lesquelles nous sommes en droit de lui demander des comptes, le cas échéant.

Cependant, quelle réalité donner à ces intentions ? Comment rendre compte de cet élément intentionnel qui donne à l’action toute sa consistance en demeurant toutefois irréductible aux simples gestes, mouvements ou à l’absence de mouvements de l’agent ?

Je souhaiterais, dans mon exposé, donner voix à ce qu’on pourrait appeler une forme de « réalisme » de l’intentionalité pratique, qui ne réduit pas cette dernière à des états psychologiques accompagnant les actions d’un agent, mais qui n’en perd pas pour autant toute la consistance.

Je voudrais montrer que cette réalité de l’intentionalité pratique se manifeste dans sa grammaire, c’est-à-dire dans l’analyse des jeux de langage qui caractérisent l’agir (et en particulier l’action humaine). Si le domaine de l’agir déborde celui de l’action intentionnelle, il entretient avec l’intentionalité pratique des rapports logiques qui le rendent irréductible.


Vous aimerez aussi...