Colloque international « De La fragilité du bien à L’art d’être juste – Poétique, éthique et politique de Martha Nussbaum » (26-27 juin 2017)

 

 

Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, salle de formation

17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris

 

Accès libre dans la limite des places disponibles. Inscription à cette adresse : pierre.fasula@free.fr

 

 

À l’occasion des traductions françaises de ses livres The Fragility of Goodness et de Poetic Justice, ce colloque se propose d’explorer deux aspects complémentaires de l’œuvre de Martha Nussbaum.

The Fragility of Goodness, paru en 1986 et traduit en français en 2016, est le premier ouvrage à développer systématiquement l’usage original que M. Nussbaum fait des textes littéraires comme philosophie à part entière. Elle fait dialoguer systématiquement auteurs tragiques et philosophes grecs antiques, autour de trois idées forces : l’ambition et la fragilité chez les tragiques, le bien sans la fragilité chez Platon et la fragilité d’une vie humaine bonne. Le résultat de cette confrontation est la compréhension approfondie d’un thème, celui de « chance morale » (moral luck), autrement dit de la vulnérabilité de ce qui constitue le bien à l’égard des circonstances et des hasards.

Poetic Justice, paru dix ans plus tard et traduit en français en 2015, aborde la transposition des concepts clés de la philosophie normative de Nussbaum – empathie, émotions, imagination – au champ de la philosophie politique et de la vie publique. L’enjeu est de comprendre le rôle de ces concepts clés dans la correction (mieux : la justesse) des raisonnements et des jugements relevant des domaines publics (politique, droit, questions sociales, etc.). Derrière cette description renouvelée des raisonnements apparaît une autre conception de la raison, non pas impartiale et désincarnée, mais fondée sur une appréciation des situations humaines particulières.

L’objet du colloque est de revenir en compagnie de Martha Nussbaum sur ces deux facettes de l’œuvre, morale et politique. Dans quelle mesure cette compréhension renouvelée du raisonnement est-elle une réponse aux difficultés soulevées dans La fragilité du bien ? Peut-on espérer qu’elle limite les effets de la vulnérabilité du bien ? Quelles sont les vertus de l’usage des émotions, de l’imagination, de l’empathie, concernant le raisonnement pratique ? Autant de questions auxquelles les différents intervenants tenteront de répondre.

 

 

26 juin 2017


 

Solange Chavel (SIRIS Academic), Sandra Laugier (Paris 1, ISJPS) – 10h30-11h

Présentation

 

Martha Nussbaum (Université de Chicago) – 11h-12h

« Powerlessness and the Politics of Blame. A Philosopher Looks at Our Political Crisis »

 

Monique Canto-Sperber (CNRS, République des Savoirs, ENS-CNRS) – 12h-12h45

« Les passions et le droit de parler »

 

Antoine Garapon (Institution des hautes études sur la justice) – 14h30-15h15

« Justice sans paroles. Les formes élémentaires du jugement »

 

Marie Garrau (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS) – 15h15-16h

« La vulnérabilité : implications éthiques et politiques »

 

Jean-Cassien Billier (Univ. Paris-Sorbonne) – 16h30-17h15

« Martha Nussbaum et la liberté religieuse »

 

Raoul Moati (Univ. Chicago) – 17h15-18h

« Poétique et politique »

 

 

27 juin 2017


 

Olivier Renaut (Univ. Paris-Nanterre) – 9h30-10h15

« Les émotions grecques et les nôtres »

 

Panel 1 Vulnérabilité 10h30-13h

animé par Sophie Guérard de Latour (Paris 1, ISJPS)

 

Estelle Ferrarese (Univ. Picardie Jules Verne, CURAPP)

« La vulnérabilité “aux circonstances” relève-t-elle de la politique ? »

 

Daniele Lorenzini (Université Saint-Louis, Bruxelles)

« La fragilité de l’intellect »

 

Pierre Fasula (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS)

« Que faire de notre vulnérabilité? »

 

Panel 2 Littérature et éthique 14h30-17h

animé par Corine Pelluchon (Université Paris-Est-marne-La-Vallée)

 

Layla Raïd (Univ. Picardie Jules Verne, CURAPP)

« Poetic Justice and Post-Colonial Literature: the case of Jean Rhys’ exile novels »

 

Anne Le Goff (EpiDaPo, CNRS/UCLA)

« Certitude et fragilité de la délibération morale »

 

Alexandre Gefen (CNRS, CELFF Univ. Paris-Sorbonne)

« Lire la littérature du XXIe siècle avec Martha Nussbaum »

 

 


Vous aimerez aussi...