Soutenance de Manon Garcia « Consentir à sa soumission. Un problème philosophique » (3 juillet 2017)

 

Cher.e.s collègues, cher.e.s ami.e.s,

 

J’ai le plaisir de vous convier à la soutenance de ma thèse de doctorat de philosophie intitulée

 

« Consentir à sa soumission. Un problème philosophique »

 

effectuée sous la direction de Sandra Laugier. La soutenance se déroulera le lundi 3 juillet 2017 à 14h, à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, salle Duroselle, galerie J.-B. Dumas, 1 rue Victor Cousin, 75005 Paris.

 

Le jury sera composé de:

 

  • Nancy BAUER, professeure de philosophie, Tufts University
  • Magali BESSONE, professeure de philosophie, Université de Rennes 1
  • Annie L. COT, professeure d’économie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Estelle FERRARESE, professeure de philosophie, Université d’Amiens
  • Michèle LE DŒUFF, directrice de recherches au CNRS
  • Pierre-Yves QUIVIGER, professeur de philosophie, Université de Nice Sophia Antipolis

 

Bien à vous,

 

Manon Garcia

 

RÉSUMÉ : Cette thèse a pour ambition de résoudre le problème central de la philosophie morale et politique qu’est celui du consentement à la soumission par la construction d’un concept philosophique de soumission et par la résolution du problème dans le cadre de la soumission féminine. Nous montrons 1/ que l’étude de la soumission est nécessaire à une théorie du pouvoir, qu’elle implique de changer de perspective pour adopter le point de vue de ceux sur qui le pouvoir s’exerce et décrire leur expérience, mais qu’elle semble contradictoire avec la liberté naturelle des individus ; 2/ que lorsque l’on restreint l’analyse du problème du consentement à la soumission à la façon dont il se pose dans le cadre des rapports homme-femme, il est impossible de tenir ensemble le concept de consentement et celui de soumission. Si l’on adopte une perspective libérale, le consentement de l’agent prévaut et dissout la soumission dans sa spécificité ; si, au contraire, l’on insiste sur la dimension structurelle de la soumission féminine, le consentement n’apparaît que comme une manifestation de la fausse conscience des opprimées ; 3/ qu’en surmontant la dichotomie entre individu et structure par les apports de la théorie économique et de la philosophie beauvoirienne, le consentement à la soumission n’apparaît plus comme une contradiction mais comme un choix rationnel des femmes qui s’explique par leur situation et l’ambiguïté de leur existence. La soumission est fondée sur un consentement mais qui diffère du consentement juridique du libéralisme et, ainsi, n’est pas contradictoire avec la réalité de l’oppression qui se joue dans ce consentement même.

 

 


Vous aimerez aussi...