Prochaine séance du séminaire Philosophie et psychanalyse: Rudolf Bernet (28 oct. 2017)

 

Le séminaire Philosophie & Psychanalyse, animé par Guy-Félix Duportail, recevra le professeur Rudolf Bernet (U. de Louvain, Archives Husserl), le samedi 28 octobre, de 14 h à 16 h, salle Cavaillès (Entrée 17 rue de la Sorbonne, escalier C, premier étage). Il interviendra sur le thème :

 

La puissance de la science comme force, pulsion, désir.

 

Je m’appuierai sur mon livre Force – Pulsion – Désir pour explorer des voies latérales de l’impressionnante reconstruction de l’histoire de la raison scientifique que propose Janicaud dans La puissance du rationnel. Je montrerai qu’à l’époque de l’exercice de la puissance de la méthode de la science moderne, la conscience lucide du caractère limité de la puissance de la raison humaine, la conscience donc d’une certaine impuissance, s’est maintenue. Pour Leibniz, la rationalité humaine relève, en effet, d’une force qui, loin de triompher sans encombre, est gênée ou même empêchée par des obstacles internes et externes. Concernant l’époque de la techno-science contemporaine, je ferai appel à la pulsion de mort freudienne pour compléter ce que Janicaud écrit sur le mécanisme d’une potentialisation de la puissance du rationnel, c’est-à-dire sur la nouvelle recherche de la puissance pour la puissance.  Cela ne sera pas sans conséquences pour la manière dont on envisage une possible sortie de la machine infernale de la rationalisation contemporaine.  Si la potentialisation de la puissance du rationnel est l’œuvre d’une pulsion aveugle, il s’impose de lui opposer un désir de rationalité qui est profondément enraciné dans l’expérience d’un manque, d’une impuissance, et d’une vulnérabilité. 

Ce déplacement de la problématique sur le terrain de la rationalité scientifique m’oblige à réviser le rôle que mon livre attribuait à la pulsion au sein de la triade Force-Pulsion-Désir. Même si la pulsion reste le concept central, il devient hautement hasardeux de considérer la force et le désir comme des avatars de l’énergie pulsionnelle. Il se pourrait, tout au contraire, que la force de la force consiste justement à ne pas basculer dans le régime d’une pulsion excessive, et que le désir désire avant tout de s’émanciper du régime d’une pulsion aveugle. A l’opposé de la pulsion, la force et le désir se signalent, en effet, par leur attachement à un objet et par la reconnaissance de leur finitude.

 

Au plaisir de vous y rencontrer,

Guy-Félix Duportail

 


Vous aimerez aussi...