Prochaine séance du séminaire ‘L’intentionnel et le réel’: Mathieu Frèrejouan (28 oct. 2017)

Séminaire de recherche 2017-2018 coordonné par

Jocelyn Benoist (Paris 1, ISJPS, PhiCo-EXeCO) et Véronique Decaix (Paris 1, Gramata)

 

Intentionalité et réalité (II) : L’intentionnel et le réel

 

 

Samedi 28 octobre 2017, 10h30-12h30

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre Sorbonne, 17 rue de la Sorbonne

Escalier C, 1er étage couloir droite, Salle Lalande

 

En raison des mesures de sécurité en vigueur, toute personne ne possédant ni carte professionnelle, ni carte d’étudiant d’une institution ancrée en Sorbonne doit s’inscrire plusieurs jours à l’avance à l’adresse : <Philo-Recherche@univ-paris1.fr>

 

Mathieu Frèrejouan (Paris 1, ISJPS, PhiCo-EXeCO)

La ‘perception sans objet à percevoir’ : analyse du concept d’hallucination à partir d’Henri Ey

 

 

L’hallucination est habituellement conçue comme une expérience qualitativement identique à une perception et pourtant privée de tout objet réel. Suivant une telle approche, adoptée notamment par la philosophie de tradition analytique, toute description de l’objet intentionnel de l’hallucination est condamnée à répéter ce qui a déjà été dit de l’objet perçu. Il nous semble toutefois possible de sortir de cette impasse en nous tournant vers la psychopathologie. En effet, comme l’a montré le psychiatre Henri Ey le propre de l’hallucination n’est pas tant l’absence d’un objet réel que la présence d’un objet intentionnel qui contrevient « à la logique du possible ou à la prescription du permis ». En d’autres termes, l’hallucination n’est pas tant une « perception sans objet » qu’une « perception-sans-objet-à-percevoir ».

Toute la question est alors de savoir comment ce qui n’est pas « à percevoir » peut pourtant être posé par le sujet halluciné comme perçu. On doit à la psychopathologie phénoménologique, et notamment à Eugène Minkowski, d’avoir tenté de résoudre ce paradoxe en décrivant l’attitude hallucinatoire comme « désocialisée ». De ce point de vue, ce qui apparait comme contradictoire n’est pas tant le fait que l’halluciné entende une « voix », que son refus de corriger son jugement lorsque nous lui faisons remarquer qu’il est le seul à l’entendre. Or, selon Minkowski, ce refus fait sens dès lors que nous comprenons l’hallucination comme n’étant pas un simple trouble de la perception mais l’expression d’une modification de « la personnalité humaine tout entière ».

Sans nier les apports d’une telle conception nous proposerons, en nous inspirant de la philosophie du langage ordinaire, une autre manière de concevoir cette « désocialisation » de l’halluciné. De fait, que l’halluciné ne corrige pas le jugement qu’il porte sur ce qu’il perçoit ne peut être considéré comme étant en soi une attitude pathologique, car il n’y pas d’énoncé perceptif qui ne puisse, dans les circonstances adéquates, être incorrigible. En ce sens, nous souhaitons montrer que le véritable problème de l’hallucination n’est pas tant l’absence d’un objet réel ou la présence d’un comportement pathologique, que la question de savoir suivant quels critères nous décrétons un objet comme n’étant pas « à percevoir ».

 


Vous aimerez aussi...