Soutenance d’Alexandre Féron: « Le moment marxiste de la phénoménologie française » (9 déc. 2017)

Cher-e-s camarades doctorant-e-s,

 

Je suis heureux de vous inviter à la soutenance de ma thèse de doctorat intitulée :

 

LE MOMENT MARXISTE DE LA PHÉNOMÉNOLOGIE FRANÇAISE

(SARTRE, MERLEAU-PONTY, TRAN DUC THAO)

 

 

Elle se tiendra

Le samedi 9 décembre 2017 à 14h,

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne,

Salle Duroselle (Galerie J. B. Dumas)

14 rue Cujas, 75005

Le jury sera composé de :

  • Monsieur Renaud Barbaras, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (directeur de thèse)
  • Monsieur Jocelyn Benoist, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Monsieur Étienne Bimbenet, professeur à l’université Bordeaux Montaigne
  • Madame Florence Caeymaex, maître de recherches F.R.S.-FNRS, université de Liège
  • Monsieur Franck Fischbach, professeur à l’université de Strasbourg

 

 

En voici le résumé :

 

Entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et le début des années 1960, les représentants les plus importants du courant phénoménologique en France, Jean-Paul Sartre, Maurice Merleau-Ponty et Trần Đức Thảo, estiment non seulement qu’il est nécessaire de se confronter au marxisme, mais également que l’articulation entre phénoménologie et marxisme constitue l’un des enjeux essentiels de la philosophie dans le monde contemporain. L’objet de notre recherche est de comprendre la spécificité du travail philosophique que chacun de ces auteurs opère sur ces deux courants en apparence si opposés afin de rendre possible leur synthèse. Ce travail montre notamment comment le projet initial de 1944 est progressivement mis en question et reconfiguré au contact des évolutions historiques et politiques, des débats philosophiques et du développement des sciences humaines. Nous entendons ainsi restituer les enjeux et inventions conceptuelles de ce qui restera l’un des moments les plus féconds et originaux de la philosophie française contemporaine.

 

 

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes toutes et tous conviés.

 

Bien cordialement,

 

Alexandre Feron


Vous aimerez aussi...