Soutenance d’Alexandre Couture-Mingheras: ‘La pensée et le réel : l’idée de monisme neutre’ (7 déc. 2017)

Cher-e-s camarades doctorant-e-s,

 

J’ai le plaisir de vous inviter à la soutenance de ma thèse de doctorat intitulée :

 

 

La pensée et le réel : l’idée de monisme neutre

 

 

qui se tiendra

le jeudi 7 décembre à 14h30,

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

salle Duroselle (D639), galerie J.B. Dumas

(14 rue Cujas)

 

Le jury sera composé de :

  • Monsieur Jocelyn Benoist, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Monsieur Christian Bonnet, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Monsieur Christophe Bouriau, Professeur à l’Université de Lorraine
  • Monsieur Markus Gabriel, Professeur à l’Université de Bonn
  • Madame Éléonore le Jallé, Professeure à l’Université de Lille
  • Monsieur Olivier Tinland, Maître de conférences à l’Université Paul Valéry-Montpellier

 

En voici le résumé :

Le présent travail porte sur le monisme neutre et montre qu’il s’agit non pas tant d’une théorie que d’une Idée qui sert de levier pour penser un réel antérieur au partage entre idéalisme et réalisme, i.e. avant la scission du monde entre intériorité et extériorité. Nous proposons en premier lieu une relecture des auteurs désignés par Russell lorsqu’il en invente la « catégorie ». Si chez Avenarius il s’agit de sauter par-dessus l’histoire car la logique à son principe est jugée viciée, et que chez Mach toute hypostase se trouve amenée à la fine pointe de sa dissolution identitaire, chez James le temps est le lieu même de déprise du dualisme et de neutralisation catégoriale : nous réinterprétons l’expérience pure comme la transposition sur le plan de l’être, pré-dual, du courant de conscience, ce qui lui fait accéder au statut de transcendantal inobjectivable. Ce premier axe s’achève avec Russell, dont nous montrons qu’il est en réalité moniste neutre lorsqu’il en invente et critique la catégorie, selon un idéal de définitisation qui se trouve aussi bien en terrain gnoséologique (le Je pur dépris du temps et se démultipliant à l’infini dans la construction logique du monde physique) qu’en terrain éthique (la départicularisation du particulier et l’universalisation du désir). Le second axe finit de déconstruire la catégorie de monisme neutre pour en délivrer l’idée, conduisant à la philosophie de l’immanence de Schuppe et surtout de Schubert-Soldern, ultime figure d’auto-réalisation de l’idée où le réalisme véritable se trouve identifié à l’idéalisme, et l’unité restaurée entre la conscience et le monde, entre la pensée et l’être, la dualité entre finitude et infini dépassée au profit d’un processus d’infinitisation dont nous montrons les enjeux métaphysiques. A ce titre, la Immanenzphilosophie constitue une version alternative à l’idéalisme transcendantal husserlien et dont la phénoménologie post-husserlienne retrouve certaines intuitions séminales, par déréalisation de l’ego et abandon du dernier reliquat empiriste de hylé qui était le dehors de la synthèse mais aussi cela qui appelait à être constitué.

 

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes toutes et tous chaleureusement conviés.

 

Amicalement,

 

Alexandre Couture-Mingheras


Vous aimerez aussi...