Prochaine séance du séminaire Philosophie et psychanalyse: Dorothée Legrand (27 jan. 2018)

Le séminaire Philosophie & Psychanalyse, animé par Guy-Félix Duportail, recevra:

 

Dorothée Legrand (CNRS, ENS Ulm)

 

le samedi 27 janvier, de 10 h 30 à 12 h 30

salle Cavaillès

(UFR de philosophie de Paris 1, entrée 17 rue de la Sorbonne, escalier C, 1 er étage droite

 

Quelle épochè, quelle analyse ?

 

 

Est-il possible de travailler avec un inconscient irréductiblement inconscient ? A ce sujet, la rupture conceptuelle entre phénoménologie et psychanalyse pourra sembler consommée, mais il n’en reste pas moins fructueux d’articuler ces pratiques, et ce, d’abord, à partir de leur faire. En particulier, l’épochè aura été pratiquée par l’une et l’autre discipline, mais de manières fondamentalement différentes. Cibler ces différences permet de dessiner plus précisément un espace de travail où phénoménologie et psychanalyse se croisent sans s’entrechoquer. Si, dans la phénoménologie transcendantale, l’épochè est nouée à la réduction, ce cadre est-il adéquat pour travailler avec un inconscient irréductiblement inconscient ? Pour cela, ne faut-il pas au contraire, avec la psychanalyse, dénouer l’épochè de la réduction, et la pratiquer hors champ transcendantal ? Pourrait alors se déployer la possibilité de travailler avec le sujet tel qu’il se donne, dans le champ même où il se donne : le sujet tel qu’il s’adresse à l’autre dans le champ de la parole. Par la pratique psychanalytique d’une épochè détachée de la réduction propre au cadre de la phénoménologie transcendantale, cette parole peut être spécifiquement écoutée au raz du signifiant, entendue comme irrémédiablement irréductible à la présence signifiée. Comment écouter ainsi le sujet permet-il de travailler avec l’inconscient comme irréductiblement inconscient ?


Vous aimerez aussi...