C. Chauviré (dir.), Lectures de Wittgenstein, co-éd. avec S.Plaud (Paris, Ellipses, collection « Lectures de », 2012)

 

Longtemps tenu pour un auteur ésotérique, Wittgenstein est aujourd’hui une référence centrale dans la vie intellectuelle, et il ne s’agit plus d’un simple effet de mode. Son oeuvre est présente dans le paysage international, non seulement en philosophie, mais aussi en sciences humaines et sociales : la sociologie, l’anthropologie, la philosophie du droit et de l’économie s’en inspirent. Elle a largement débordé le monde anglophone, où elle façonne une partie de la réflexion depuis plus d’un demisiècle. Pourtant, l’appréhension philosophique de cette oeuvre est loin d’être univoque, puisque l’on a assisté, depuis la mort de Wittgenstein en 1951, à une série de lectures divergentes de ses textes, dont les plus prégnantes méritent d’être ici expliquées. Les points de vue sur Wittgenstein se sont par ailleurs multipliés : d’abord lu dans les années 1950-1960 comme philosophe avant tout logicien, en fonction du Tractatus et dans le sillage de ses maîtres Frege et Russell, comme mystique ou comme philosophe du langage, au vu de sa « seconde » philosophie, il apparaît ensuite comme l’auteur d’une oeuvre complexe et multidimensionnelle touchant à des questions de philosophie générale (expérience, signification, réalité, etc.). Le présent ouvrage se donne pour tâche de cartographier ce réseau complexe qu’est la philosophie de Wittgenstein, d’abord en présentant les grands textes et les thèmes majeurs qui ont jalonné son parcours philosophique, puis en introduisant aux différentes lectures qui en ont été proposées dans la tradition interprétative.

Lectures de Wittgenstein


Vous aimerez aussi...