R. Barbaras, “Vie et intentionnalité – Recherches phénoménologiques” (Paris, Vrin, “Problèmes & Controverses”, 2003)

 

L’objet de ce livre est de montrer que l’intentionnalité, condition de l’apparition de l’étant, ne peut être caractérisée de manière conforme à son essence que si elle est comprise comme vie. En effet, une philosophie rigoureuse de l’intentionnalité est soumise à une double contrainte. D’un côté, comme l’a souligné Merleau-Ponty, le sujet de la perception ne peut être défini comme une sphère d’être absolue surplombant le monde : il est du monde, et cette intramondanéité doit être comprise comme incarnation. Cependant, en mettant en avant un concept univoque de la chair, par delà la différence des étants du monde et du corps propre, Merleau-Ponty d’interdit d’accéder au sens d’être véritable de celui-ci. Or, comme l’a montré Heidegger pour sa part, le monde ne saurait être éclairé dans sa constituion par un retour à un étant du même mode d’être : le Dasein humain diffère de tous les autres étants en ce qu’il existe et c’est donc bien au plan existential que l’intentionnalité doit être ressaisie.
C’est à Patocka qu’il revient d’avoir su concilier la différence radicale du sujet intentionnel et son intramondanéité en proposant une caractérisation existentiale du corps comme mouvement vivant. Les études réunies ici visent toutes à explorer la voie, ouverte par Patocka, d’une phénoménologie de la vie.

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search