C. Chauviré, « Le grand miroir. Essais sur Peirce et sur Wittgenstein » (Besançon, Annales de l’Université de Franche-Comté, 2004)

 

Comme Rorty l’a fait remarquer, on peut dire, en simplifiant, que de Kant à la philosophie analyique, la tentative de délimitation du représentable se déplace de la représentation au sens kantien à l’expression linguistique de cette représentation passée au crible du « grand miroir » : l’espace logique. Le concept de représentation s’en trouve considérablement élargi. Cet élargissement se produit chez Wittgenstein dans le Tractatus, mais déjà cinquante ans auparavant, chez Peirce, dans son monumental projet sémantique : constituer une théorie absolument générale du signe ou encore de la représentation au sens le plus général du terme…

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search