C. Chauviré, “Le moment anthropologique de Wittgenstein” (Paris, Kimé, collection “Philosophie en cours”, 2004)

 

En humaniste, bien que misanthrope, Wittgenstein n’a cessé de se soucier de l’humain, depuis sa lecture du Déclin de l’Occident de Spengler après la première guerre mondiale. Au point de développer à partir des années trente une véritable anthropologie, motivée d’ailleurs aussi par le déploiement de sa grammaire philosophique, qui exige comme arrière plan un ensemble de remarques consacrées à l’humain, ses réactions, son éthologie, ses us et coutumes, ses pratiques régulières etc. C’est sur ce fond notamment que se détache, pour Wittgenstein, la physionomie de ce qu’est « suivre une règle », qu’ellesoit mathématique ou sociale.

 



Citer ce billet
Pierre Fasula (2012, 1 octobre). C. Chauviré, “Le moment anthropologique de Wittgenstein” (Paris, Kimé, collection “Philosophie en cours”, 2004). EXeCO. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/omt8

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search