Prochaine séance du séminaire Philosophie et psychanalyse: Héloïse Athéa (21 fév. 2023)

 

La prochaine séance du séminaire « Philosophie et Psychanalyse », consacré cette année à la thématique « Les maladies mentales: entre corps et esprit », aura lieu le mardi 21 février, de 18h à 20h, salle G307 (17 rue de la Sorbonne, escalier C, 3er étage, droite).  

Pour vous inscrire cliquez sur le lien suivant : https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-philosophi…-uid2l3v1

 

Nous aurons le plaisir d’écouter Héloïse Athéa (IHPST/NPS) présenter une intervention intitulée : « Du patient à la paillasse : à la recherche d’un concept cohérent de maladie mentale » 

 

Résumé : 

L’idée que les maladies mentales sont des maladies du cerveau est largement partagée par les grandes institutions américaines (APA, NIMH, etc.), et constitue un postulat théorique crucial à de nombreuses approches nosologiques. Dans le même temps, cette affirmation est constamment remise en question par les scientifiques, les cliniciens et les philosophes, au sein de débats animés. Pour autant, toutes ces discussions n’ont pas encore permis d’aboutir à une description satisfaisante des liens entre maladies mentales et maladies du cerveau.  

Face à ce constat, la philosophe Anneli Jefferson a récemment proposé la piste de réflexion suivante : les maladies mentales seraient des maladies du cerveau quand elles impliquent des dysfonctions cérébrales (Jefferson, 2022). Le problème est qu’en l’état actuel des connaissances scientifiques, distinguer une simple différence (ou anomalie) d’une véritable dysfonctionneurale est difficile. Jefferson en a conscience, et a donc proposé des critères à partir desquels établir le caractère pathologique d’une anomalie cérébrale : une anomalie cérébrale serait une dysfonction lorsqu’elle réalise la perturbation de la vie mentale.  

Nous nous demanderons si ces propositions peuvent s’appliquer en neurosciences fondamentales, un champ de recherche incontournable de la psychiatrie contemporaine. Dans le cadre de la modélisation animale en particulier, peut-on vraiment faire appel à quelque chose comme “la perturbation de la vie mentale” pour caractériser des dysfonctions cérébrales à l’origine de certaines maladies mentales ? 

 

 



Citer ce billet
Pierre Fasula (2023, 10 février). Prochaine séance du séminaire Philosophie et psychanalyse: Héloïse Athéa (21 fév. 2023). EXeCO. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ongh

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search